Journée d’étude / atelier “Retour d’expérimentation 2”

Projet collectif ArScAn – “Argiles”

Journée d’étude / atelier
“Retour d’expérimentation 2”
« Reproduire dans l’argile : reconstitution, protocole, expérimentation »

23 octobre 2019

(14 h -­ Salle du Rez­‐de-Jardin 1)

Communications, exposition et présentation matérielle de réalisations

Gaule

Xavier Faivre (CNRS – ArScAn – HAROC)
Introduction. Retours d’expériences autour de l’argile et des terres argileuses : démarche et perspectives dans le Projet Collectif « Argiles »

Guillaume Huitorel (CNRS – ArScAn – GAMA)
Séchoir en T d’époque romaine : reconstitution, premiers tests et résultats

Lucile Bolot (céramiste indépendante)
L’archéologie expérimentale appliquée à la céramique sigillée du Haut-Empire en Gaule

Monde égéen

Sarah Georgel (Université Paris 1 – ArScAn)
Reproduire une larnax minoenne : enquête chez les potiers de Margaritès

Alexandre Pinto (Université Paris 1 – ArScAn)
Écouter un idiophone en argile ? Le sistre égéen

Bastien Rueff (Université Paris 1 – ArScAn)
Un programme expérimental de reconstitution du fonctionnement des lampes minoennes

Voir aussi les articles :

• Projet collectif “Argiles”

• Projet collectif “Argiles” : annuaire des participants

• Journée d’étude : “Formation structure, caractérisation, définitions d’un matériau”

• Journée d’étude : “Des altérations à l’utilisation des céramiques”

• Atelier “Retour d’expérimentation”

Colloque « Langues et Langages de l’hybridité culturelle » 18-19 octobre 2019

Le projet collectif Identités partagées au voisinage de l’autre a le plaisir de vous convier au colloque organisé par Philippe Jockey et Francis Prost dans le cadre des projets collectifs de l’UMR 7041 ArScAn .

Ce colloque se tiendra le vendredi à Nanterre, dans le Bâtiment Max Weber et le samedi à Paris, à l’Institut National d’Histoire de l’Art.

COLLOQUE_HYBRIDITES_PROGRAMME

AFU – Archéologie du Fait Urbain : 2e journée “Veille sur la Ville” tenue le 17 mai 2019

La journée ‘Veille sur la Ville” consacrée à la question des prescriptions de surveillance archéologique et de l’évaluation du potentiel archéologique en ville s’est déroulée le 17 mai 2019 à Nanterre. Le programme et les résumés des interventions sont disponibles sur le blog du thème AFU ; sur ce même blog sera bientôt publié le compte rendu des discussions, à la suite du compte rendu de la première journée du thème AFU consacrée aux “Cold Cases” (reprises de données de fouilles anciennes) tenue le 29 juin 2018.

Atelier “Retour d’expérimentation”

Projet collectif ArScAn – “Argiles”

Atelier « Retour d’expérimentation »

12 septembre 2018

(14 h -­ Salle du Rez­‐de-Jardin 1)

Présentation de réalisations, PowerPoint ou Poster

Céramiques

Xavier Faivre (UMR ArScAn – HAROC)
Du geste à la forme : travail sur quelques formes de vases des IIIe et IIe millénaires av. J.‐C. du bassin du Haut­‐ Khabur (Syrie du nord­‐est). Une formation au tournage en 21 séances dans un atelier de potier.

Armance Dupont­‐Delaleuf (UMR ArScAn – Asie centrale)
Logiques et gestes : une expérimentation sur l’élaboration au tour.
Emergence du « tournage » en Asie centrale entre le Chalcolithique et l’âge du Bronze moyen.

Pauline Debels (UMR Trajectoires)
Produire pour consommer. Expérimentations sur le façonnage et l’utilisation des pots au Néolithique final dans le sud de la France.

Four culinaire

Sylvie Marchand (IFAO)
Construction d’un kanun (four portable pour la cuisine) actuel égyptien. Reconstruction d’un four à pain traditionnel dans la région du Caire

Structure de stockage

Nina Parisot (Université Lumière Lyon 2)
Expérimenter les silos en terre crue au Néolithique et à l’âge du Bronze

Voir aussi les articles :

• Projet collectif “Argiles”

• Projet collectif “Argiles” : annuaire des participants

• Journée d’étude : “Formation structure, caractérisation, définitions d’un matériau”

• Journée d’étude : “Des altérations à l’utilisation des céramiques”

• Journée d’étude / atelier : Retour d’expérimentation 2 – “Reproduire dans l’argile : Reconstitution, protocole, expérimentation”

Projet collectif “Argiles”

Xavier FAIVRE

Equipes participantes (état actuel) : HAROC (Barbara CHITI, Philippe CLANCIER, Xavier FAIVRE, Cécile MICHEL), APOHR (Mathilde GELIN), Protohistoire égéenne (Sarah GEORGEL, Françoise ROUGEMONT, ALEXANDRE PINTO, Maïa POMADÈRE, Bastien RUEFF), Asie Centrale (Armance DUPONT-DELALEUF), VEPMO (Jean-Jacques HERR, Mathilde JEAN, Martin SAUVAGE), ESPRI-LIMC (Pascale BALLET), IFAO (Sylvie MARCHAND), Trajectoires (Pauline DEBELS), Université Lumière-Lyon II (Nina PARISOT)

Mots clés (version réduite) : matériau, chaîne opératoire, usages

Mots clés (version développée) : architecture, artefacts, artisanat, chaîne opératoire, couleur, décor, état, empreinte, expérimentation, géologie, géomorphologie, maçon, matériau, médecine, mythologie, potier, pratique, rituel, techniques, technologie, terre (à bâtir), texte, usages

Objet
L’argile, terme générique qui recouvre toutes sortes de terres argileuses, est le matériau le plus répandu sur terre, et aussi le moins coûteux. Cela explique que, depuis des temps immémoriaux, et dans des contextes géographiques variés, il a été utilisé comme matériau de base pour les réalisations les plus diverses, selon ses différents états : architecture, artefacts (statuaire ou figurines, récipients, support de l’écriture, etc.). On y retrouve, sous forme d’empreintes, les traces de la vie humaine, animale, végétale ou du contexte minéral dans lequel il a été créé. L’ingéniosité humaine a tiré, au mieux, partie de cette matière polymorphe en développant des technologies adaptées à ses réalisations, d’où se dégage une chaîne opératoire complexe que l’on peut suivre à travers l’étude des vestiges archéologiques, la comparaison ethnographique, ou encore les textes. Ces derniers élèvent l’usage de l’argile, par métaphore, aux différentes mythologies de la création de l’humanité, ou la ramènent à des usages plus pratiques, comme le métier du potier ou la médecine…
Ces différents aspects offrent un spectre très élargi de la manière d’aborder ce matériau, sous ses différents états, types, usages et les multiples besoins qu’il permet à l’homme de résoudre, dans son environnement, géographiquement et chronologiquement. Le simple titre « Argiles », dont le pluriel sous-entend toute la diversité, pourrait résumer la démarche. C’est pourquoi ce projet collectif ne veut s’imposer aucune limite de thème et de forme, et garder la souplesse, la malléabilité, la spontanéité qui convient à ce matériau : au-delà du socle des connaissances géologiques et géomorphologiques, fondamental pour caractériser celui-ci, l’architecture, l’artisanat, la technologie et la chaîne opératoire, les mythologies, l’étude des textes en relation avec l’argile entrent dans ce cadre. Celui-ci peut encore s’élargir selon les propositions, sans toutefois mordre sur des aspects purement céramologiques qui relèvent d’autres préoccupations. Une dimension expérimentale est envisagée qui pourrait s’intituler « les mains dans l’argile », intégrant des spécialistes du matériau, maçons, potiers, artisans, mais aussi les participants avec leur expérience propre, ce qui nourrirait utilement une réflexion ethno-archéologique.
Plusieurs axes pourraient structurer ce programme, tout en gardant comme fil directeur la chaîne opératoire, du filon au produit fini :
– formation, structure et caractérisation du matériau
– architecture
– artefacts
– textes
Une finalité : définir les constantes, spécificités, convergences techniques et culturelles liées au travail de l’argile.

Réalisations
Programme sur 4 ans. Une option souple de journées d’études et d’expérimentations autour du matériau est privilégiée. Une table-ronde peut clore le projet suivi de la publication des communications (à définir avec les participants).

2018 : prise de contacts avec des terrains d’expérimentation ou praticiens – journée(s) d’étude et groupes de réflexion
2019 : journée(s) d’étude – expérimentations
2020 : table ronde – expérimentations
2021-2022 : publication des actes des rencontres

« ARGILES »

Annexe 1 : mots clés détaillés

architecture (constructions domestiques, religieuses, palatiales, silos, structures de stockage, fours, etc…).
artefacts (récipients, terra cotta, figurines, réalisations diverses ; support de l’écrit, réemploi, recyclage [voir aussi ‘matérialité des textes’…).
artisanat (art du potier, du maçon).
chaîne opératoire (du choix au produit fini ; terre à bâtir ; terre à modeler ; étapes et comparaisons ; différences géographiques et chronologiques).
couleur (argile et peinture, minéraux ; traitements de surface, engobe, émail et vernis ; choix esthétiques).
décor (céramique, architectural).
empreinte : la lecture de l’instantané (végétales, organiques, animales, humaines, corporelles…).
état (du liquide au sec ; du cru au cuit).
expérimentation (briques, techniques de façonnage…).
géologie (formation, structure, différents types).
géomorphologie (des paysages de l’argile à la toponymie).
matériau (composition ; avantages / désaventages de l’argile / maîtrise ; ajouts à l’argile pour la fabrication de “matériaux artificiels” : la terre à bâtir, les argiles siliceuses, etc.).
médecine (antique ou médiévale usage médicinal de l’argile, géophagie, soins par l’argile, cataplasmes, etc.).
mythologie (rôle de l’argile dans la création de l’homme, mythologies comparées)
pratiques et praticiens de l’argile (potiers, potières, « scribes d’argile », maçons, statut social, état, sexe, etc.).
rituels liés à l’argile ou avec de l’argile, faits dans la fosse d’argile, la consécration des lieux d’approvisionnement, les “lieux purs”.
techniques (de construction).
technologie (de l’argile avant cuisson).
« terre à bâtir ».
textes (teneur ; vocabulaire lié à l’argile, traités sur le travail de l’argile, comment est écrite/transcrite, ou comment on y retrouve la chaîne opératoire ? comment parle-t-on du potier ? Expressions et métaphores liées à l’argile).
textes (matérialité des [voir aussi artefacts]) ; support de textes (cunéiformes, égéens, autres) ; types de textes ; réemploi, recyclage….
usages (emplois, utilisations, réutilisations).

« ARGILES »

Annexe 2 : Grands axes et problématiques

MATÉRIAU (FORMATION, STRUCTURE ET CARACTÉRISATION)
choix de la terre par les anciens bâtisseurs et les anciens artisans.
empreintes : la lecture de l’instantané (végétales, organiques, animales, humaines…).
géologie (formation, structure, types).
géomorphologie (des paysages d’argile à la toponymie).
matériau (composition ; avantages / inconvénients de l’argile : propriétés exploitées dans la construction et le modelage ; faiblesses des argiles ; différents états (du liquide au sec) ; passage du cru au cuit ; ajouts à l’argile pour la fabrication de “matériaux artificiels” : la terre à bâtir, les argiles siliceuses, etc.

ARCHITECTURE
archéologie expérimentale : apports à la connaissance de l’économie de chantier.
l’archéologue face à l’architecture en terre crue : percevoir, fouiller, etc…
chaîne opératoire : transformation de la terre naturelle en « terre à bâtir » pour la construction en terre crue ; différences régionales et chronologiques ? (cas particulier : transformation de la terre naturelle pour la construction en terre cuite).
fabrication des briques crues, comptage.
finitions et décors.
processus de destruction.
responsabilité de l’archéologue : préserver les édifices qu’il a dégagés ; choix de la terre pour les préservations (analyses géo-physiques, choix empiriques) ; apports à la recherche scientifique.
techniques de construction.
types de bâtiments : tous sont représentés.

ARTEFACTS
artisanat (art du potier, du maçon).
artefacts (terra cotta, céramique, réalisations diverses, textes (matérialité des) : support de • chaîne opératoire ; transformation de la terre naturelle en « terre à modeler » ; différences régionales et chronologiques ?
couleur (choix esthétiques, la peinture et l’argile, minéraux).
textes (support des textes cunéiformes, égéens, ou autres, réemploi, recyclage…).
traitements de surface et engobes (y compris émail et vernis).

TEXTES
médecine antique ou médiévale (usage médicinal de l’argile, géophagie, les soins par l’argile, cataplasmes, etc.).
mythologies (rôle de l’argile dans la création de l’homme, mythologies comparées).
pratiques et praticiens de l’argile (potiers, potières, « scribes d’argile », maçons, statut social, état, sexe, etc.).
rituels liés à l’argile ou avec de l’argile, faits dans la fosse d’argile, la consécration des lieux d’approvisionnement, les “lieux purs”.
techniques, technologie de l’argile avant cuisson.
textes (teneur des) : vocabulaire lié à l’argile, traités sur le travail de l’argile, comment est écrite/transcrite, ou comment on y retrouve la chaîne opératoire ? Quels types de textes ? Comment parle-t-on du potier ? Les textes confrontés à la réalité du terrain (Vitruve ; autres auteurs, à propos des murailles d’Alexandrie Eschatè).

Voir aussi les articles :

• Projet collectif “Argiles” : annuaire des participants

• Journée d’étude : “Formation, structure, caractérisation, définitions d’un matériau”

• Journée d’étude : “Des altérations à l’utilisation des céramiques”

• Atelier “Retour d’expérimentation”

• Journée d’étude / atelier : Retour d’expérimentation 2 – “Reproduire dans l’argile : Reconstitution, protocole, expérimentation”

Projet collectif “Argiles” : annuaire des participants

Annuaire des participants

Le projet collectif “Argiles” de l’UMR 7041 – ArScAn a pris corps en 2018 en vue du quinquennal 2019-2023. Cet annuaire expose, sous la forme de résumés, l’implication des principaux participants dans différentes utilisations des argiles et terres argileuses , dans la construction, les vestiges en terre crue, les artefacts et la céramique, les textes sur tablettes d’argile, dans le vocabulaire lié à ce matériau et dans la matérialité du support. 

La construction

Martin SAUVAGE (Ingénieur de recherches en archéologie au CNRS (USR 3225, Maison Archéologie Ethnologie, Nanterre et UMR 7041 ArScAn – VEPMO) – Martin.SAUVAGE@cnrs.fr
Depuis 2017, Directeur (pour la partie française) de la mission libano-française d’Ardé (Liban)

À la suite de ma thèse de doctorat, consacrée à la brique et à sa mise en œuvre en Mésopotamie aux époques préclassiques, j’ai souhaité approfondir l’étude des matériaux et des techniques de construction au Proche-Orient ancien dans une optique pluridisciplinaire en confrontant les données ethnographiques, archéologiques, iconographiques et épigraphiques. L’architecture mésopotamienne est principalement une architecture de terre utilisant majoritairement la brique d’argile séchée au soleil et, accessoirement, la brique cuite au four. Mais on note également, surtout pour les périodes les plus anciennes, de nombreuses autres utilisations de la terre pour la construction : enduits de clayonnages, hourdis de colombages, terre massive sous forme de bauge ou de pisé, etc. L’argile est également abondamment utilisée dans la construction pour la confection de sols, d’enduits, de couvertures et de toutes sortes d’aménagements immobiliers tels que fours, banquettes, coffres et silos.
Dans le cadre du projet Argiles, je souscris entièrement à la finalité annoncée : définir les constantes, spécificités, convergences techniques et culturelles liées au travail de l’argile et y ajouterais, dans le cadre de ce projet, l’intérêt d’une approche transversale entre la construction, la céramique, les artefacts et tablettes.
J’aimerais voir abordés dans ce projet les thèmes suivants (liste non exhaustive) pour lesquels je pourrais apporter le point de vue de la construction (terme que je préfère dans ce cadre à celui d’architecture) :
– définition du matériau : terre/argile/terre à bâtir/terre à modeler/terre à cuire et étude des terminologies anciennes et modernes, en particulier dans le rapport qu’entretiennent matériau et technique de mise en œuvre ;
– comparaison des chaînes opératoires dans une approche transversale : prépare-t-on et travaille-t-on l’argile de la même façon pour la construction, la poterie ou la confection d’artefacts (y compris de tablettes ?) ;
– notion et définition de cultures techniques en matière d’utilisation de l’argile ;
– comparaison transversale (notamment entre construction et poterie ou artefacts) des problématiques liées à la cuisson : terre crue/cuite, émail et matériaux artificiels (étude des phénomènes de convergence technique) ;
– comparaison des chaînes opératoires liées au décor : gravé, sculpté, moulé ;
– organisation du travail de l’argile, statut des travailleurs (et, accessoirement, répartition du travail entre hommes et femmes) : données archéologiques, ethnographiques et épigraphiques ;
– importance symbolique de l’argile : créations divines à partir de l’argile, notions de purification, enrichissement rituel de l’argile.

Mathilde GELIN (Chargée de recherche CNRS (ArScAn – APOHR) – Mathilde.GELIN@cnrs.fr
Mathilde GELIN est spécialiste l’archéologie de la terre, notamment au cours de ses missions à Doura Europos (Syrie), ce qui représente un double défit difficile qui repose sur :

1) La connaissance de l’architecture : la terre, au même titre que la pierre, fait partie de l’architecture du site (sachant, par exemple, que Palmyre est bâtie à 80% en terre). Elle participe à l’histoire des bâtiments, des quartiers, de la ville.
2) L’Archéologie expérimentale :
a. Qui contribue à la connaissance du chantier archéologique,
b. A la préservation du bâti et du site,
c. A l’information sur les techniques de construction,
d. Exige un protocole rigoureux,
e. Renseigne sur le matériau en lui-même, sur ses propriétés chimiques, sur la fabrication des murs,
f. Sur le matériau en lui-même, sur le choix qui en est fait, par les constructeurs anciens (pour une bonne sélection, il suffit de la goûter ; salée, acide ou amère, elle est à rejeter) ; mais ce peut être n’importe quelle terre, on trouve de tout dans les briques,
g. Met en relief la vitesse d’une construction de l’urgence (J.-Cl. Bessac)
h. A permis de mettre en place des matériaux stabilisés
Tout ceci donne une vue complète de la construction sur le site.
L’activité de formation
Mathilde est également formatrice sur le matériau. Elle assure la formation d’architectes, de directeurs des antiquités, de l’Antenne de Chaillot, de membres du service des antiquités de l’Irak.

Une cellule expérimentale sur l’archéologie de la terre est basée à Grenoble.

Les vestiges en terre crue

Nina PARISOT (Doctorante Université Lumière Lyon 2 – Archéologue Spécialiste des vestiges en terre crue) – nina_parisot@yahoo.fr

Sujet de recherche : Approche pluridisciplinaire sur les contenants en terre crue autour du bassin méditerranéen (10 000 – 1 000 BC)

Résumé : Connus dès le Néolithique pré-céramique au Proche-Orient, les contenants en terre crue sont attestés sur l’ensemble du bassin méditerranéen. Au cours des dernières décennies, les fouilles archéologiques ont mis au jour des séries de contenants en terre crue identifiés sur des sites néolithiques et de l’âge du Bronze en France méridionale et en Espagne. Nos connaissances actuelles de ces vestiges sont lacunaires et nécessitent un travail approfondi. Un bilan des exemplaires découverts sur cette aire géographique permettra de documenter la diversité typologique, les techniques employées et les fonctions de ces contenants. La mise en place d’un référentiel expérimental et ethnoarchéologique est essentielle afin de rendre compte de la pertinence des données issues de l’étude archéologique. Cette approche pluridisciplinaire contribue à enrichir nos connaissances sur les sociétés agro- pastorales autour du bassin méditerranéen du X ͤ au I ͤ ͬ millénaire avant J.-C. (cf. doc. détaillé).

Les artefacts et la céramique

Mathilde JEAN (Doctorante – Archéologie du Proche-Orient – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR 7041 ArScAn – VEPMO) – mathildejean@outlook.fr

Sujet de recherche : technologie et pétrographie céramique, étude d’assemblages du Bronze Ancien (IIIe millénaire) au Levant nord – Liban nord et Syrie occidentale. Approche à diverses échelles, de la macroscopie à la microscopie (lames minces) et géochimie. L’objectif étant d’utiliser ces données pétrographiques pour les combiner aux données archéologiques, chrono-stratigraphiques, fonctionnelles, technologiques, stylistiques pour accéder à une compréhension fine des variations observées au sein d’un assemblage céramique conséquent (plusieurs milliers de pièces). Dans un second temps, le travail consiste à identifier les échanges régionaux : à la fois échanges de biens, mais aussi de modèles ou de styles (imitations locales de produits exogènes, par exemple).

Intérêt pour le projet collectif :
− S’interroger sur la définition du matériau ‘argile’ et son usage en archéologie : confrontation des différentes définitions (minéralogique, granulométrique, archéologique…) ;
− Comparer les usages du matériau : en architecture, en céramique, en épigraphie ou autre ;
− Comparer les traitements préalables du matériau pour en modifier les propriétés et donc les usages (décantation, ajouts de dégraissants…) ;
− Echanger sur les méthodologies d’investigation de l’argile : quelles problématiques cibler en priorité (s’il y en a), quels protocoles adopter ?

Bastien RUEFF (Doctorant en Protohistoire égéenne à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) bastien.rueff@gmail.com
Pauline DEBELS (Doctorante en Protohistoire européenne ) paulinedebels@hotmail.com

Du contenu aux usages des récipients en céramique. Les approches fonctionnelles.
Dans le cadre des projets quinquennaux ARGILES et Tessonnier oriental, portés par le laboratoire ArScAn (UMR 7041), nous souhaitons organiser une journée d’étude sur la fonction, le contenu et les usages des récipients en céramique durant la Protohistoire et l’Antiquité. Cette journée d’étude, qui sera établie sur le mode de l’échange entre chercheurs issus de différentes spécialités (céramologues, ethnoarchéologues, tracéologues, chimistes, etc.), consistera à présenter les outils méthodologiques et les résultats attendus des approches fonctionnelles appliquées aux vases en terre cuite. Après discussion avec les membres des collectifs ARGILES et Tessonnier oriental, nous prévoyons de réaliser cette journée d’étude vers la fin de l’année 2018 ou au début de l’année 2019. Nous envisageons pour cette journée deux sessions, l’une portant sur le cadre général des approches fonctionnelles (méthodes d’acquisition des données, résultats et apports au contexte socio-culturel ainsi qu’aux activités des périodes étudiées), l’autre, en lien direct avec nos sujets de thèses respectifs, sur l’analyse des traces de chauffe conservées sur les récipients en céramique. Pour chacune de ces sessions, études de cas et panoramas de la recherche seront les bienvenus.

Sylvie MARCHAND (Ingénieur de recherche au CNRS – Ifao) – smarchand@ifao.egnet.net
Depuis 1994, responsable du laboratoire de céramologie de l’Institut français d’archéologie orientale (IFAO, Le Caire, Égypte). Éditeur du Bulletin de liaison de la céramique égyptienne (Le Caire) et responsable de la collection des Cahiers de la céramique égyptienne (Le Caire).

Sylvie Marchand assume la responsabilité du laboratoire de céramologie et la coordination des travaux liés au mobilier céramique provenant des chantiers archéologiques sur lesquels elle intervient jusqu’à la publication. Lors de missions tout au long de l’année, couvrant une durée globale de six mois, son champ d’opération est vaste, tant sur le plan géographique, que chronologique, et couvre la presque totalité du territoire égyptien. Elle a fait évoluer très tôt le laboratoire de céramologie dans le sens d’une plus grande ouverture vers d’autres institutions de recherche françaises et étrangères. Elle intervient depuis 1986 sur la plupart des terrains, ce qui favorise une connaissance solide du mobilier céramique dans des contextes archéologiques variés. Elle a accentué le caractère diachronique de ses recherches sur les céramiques d’Égypte et plus particulièrement égyptiennes pour répondre à l’une des spécificités de l’étude du mobilier céramique des sites archéologiques égyptiens qui s’inscrivent fréquemment dans des séquences chronologiques fort longues. Elle rend aussi possible une analyse transversale du mobilier céramique en contexte archéologique, de ses innovations technologiques et culturelles, qui prend sa place dans une histoire de la culture matérielle égyptienne et une mise en perspective de ses spécificités régionales. Aller du matériel archéologique à l’histoire, c’est tout le sens de ses recherches et de ses publications qui mettent en évidence la nécessité d’une approche pluridisciplinaire.
C’est donc à plus d’un titre qu’elle est engagée dans de nombreuses activités de recherche, de formation, de valorisation de la recherche et d’édition : contribution à un projet européen sur les conteneurs à vin égyptiens (dirigé par un chercheur de l’université de Barcelone), participation à des colloques internationaux concernant la céramique égyptienne, celle du monde oriental et méditerranéen ; organisation de colloques à l’Ifao ou en partenariat avec des institutions étrangères. Elle édite le seul périodique existant sur la céramique égyptienne de l’Antiquité à l’époque médiévale (BCE, parution annuelle).
Enfin elle a franchi une étape supplémentaire dans l’animation de la recherche, avec la création d’un groupe de recherche pluridisciplinaire intitulé « Amphores d’Égypte. De la Basse Époque à l’époque médiévale », ou encore la mise sur pied de nouveaux programmes quinquennaux de l’Ifao axés sur la céramique égyptienne du Néolithique à l’époque médiévale dont est notamment sorti un Atlas de la céramique égytienne.
Son expérience des années acquises au contact d’un grand nombre de projets archéologiques et scientifiques, depuis plus de 20 ans, apporte au projet collectif « Argiles » une vision diachronique, pluridisciplinaire et transversale de l’utilisation de l’argile, très fructueuse et fortifiante, partagée par l’ensemble des participants.
Ainsi ses thèmes de recherches et points de discussions transversales proposées concernant la fonction alimentaire de vases impliqués dans la contenance du vin (« Amphores d’Égypte ») ou la fabrication du pain (« les moules à pain et les plaques de cuisson ») [thème proposé à la discussion] entrent pleinement dans la démarche.
Sa collaboration actuelle avec un géologue fait qu’elle pourrait intervenir dans une première journée du thème consacrée à la définition et à la caractérisation de l’argile.
L’année 2018/2019 verra la création d’une céramothèque (céramiques d’Égypte de l’Ancien Empire à l’époque médiévale) à l’IFAO ! Grâce à l’obtention d’un grand espace supplémentaire dans l’institut. La mise en place est prévue courant 2018 et 2019. Cet espace sera ouvert au public (étudiant/formation mais aussi aux collègues qui s’intéressent aux productions égyptiennes !) et comprendra une bibliothèque spécialisée sur la céramique égyptienne (de la fin du Néolithique au début de l’époque moderne) et un petit musée sur la céramique contemporaine égyptienne. L’étude des matériaux, la reconnaissance et la caractérisation des productions égyptiennes est bien évidemment un axe fort de la céramothèque et se développe. Elle porte sur le “choix” des tessons présentés dans la céramothèque, par région, par sites archéologiques et ordonnés par productions, par formes et suivant la chronologie.

Armance DUPONT-DELALEUF (post-doctorante – ArScAn – Asie centrale) – armancedd@gmail.com
armance.dupont-delaleuf@mae.u-paris10.fr

Mise en place d’un Projet ERC d’expérimentation des techniques céramiques en plusieurs axes :
A. Les sources (Work-Package 1)
• Archéologiques (traces technologiques sur les restes de pots ; ateliers publiés ; représentations anciennes d’artisanats).
• Ethnographiques (images et vidéo ethnographiques ; données publiées).
B. Les vestiges de pots (classification des traces techniques de façonnage sur les restes de pots ; finition/décor ; mise en œuvre d’une base de données) ; connexion traces / geste, reconstitution de la chaîne opératoire) ; et autres vestiges et ethnographie (documentation de la diversité des gestes ; potiers français et traditionnels ; documentation des positions (potiers contemporains et représentations anciennes) ; outils ; environnement spatial).
C. L’espace (d’après les représentations anciennes et ateliers contemporains ; nature des vestiges (périssables ou non ; diffusion/concentration).
D. L’expérimentation
Matériel, outils, gestes, cognitive.
Etapes du façonnage ; opérations ; décors.
F. Une perspective cognitive
Activité du cerveau selon la technique utilisée et le niveau d’expertise.
Déchiffer les gestes comme réponses à différentes sortes de stimuli.
Niveaux de contraites mécaniques et physiques.
Choix du potier et stratégies.
Niveau d’expertise, sorte de compétences, stratégies d’apprentissage.
F. Une perspective du geste
Documentation du geste détaillée et spécialisée.
Modélisation 3D du squelette.
Déchiffrement du geste selon la structure du squelette, l’ergonomie de soutils selon les besoins et contraintes anatomiques.
G. Des perspectives matérielles
Mécanisme de la genèse et la modification des traces techniques tout au long de la chaîne opératoire.
Documentation macroscopique et microscopique.

Xavier FAIVRE (Ingénieur de recherche en archéologie, CNRS, UMR 7041 – ArScAn, Nanterre) – xavier.faivre@cnrs.fr
Archéologue et céramologue du Proche-Orient (Syrie, Liban)
L’idée de proposer un projet collectif “Argiles” est liée à la cohérence d’un parcours défini autour de l’argile, sous différentes formes : la construction, une majorité d’artefacts parmi lesquels la céramique, lors de différentes fouilles au Proche-Orient, les tablettes cunéiformes, dans une collaboration quotidinne avec les épigraphistes de son équipe (Histoire et archéologie de l’Orient cunéiforme (ArScAn-HAROC). Son expérience repose sur une pratique ancienne du matériau : modelage, moulage (au plâtre d’artefacts / au silicone de tablettes cunéiformes), travail sur différents aspects de l’utilisation du matériau cru et cuit, dans une optique pluridisciplinaire (archéologie, textes, iconographie et ethnographie) :
• l’étude de différents assemblages céramiques, dans différentes régions du Proche-Orient (Syrie, Turquie, Liban), et dans différents contextes (prospections, fouilles stratigraphiques), a nourri des problématiques très diverses au sein de programmes sur la culture matérielle et l’art du potier, faisant apparaître différents aspects de l’étude d’un même matériau :
• technologie, typologie, tracéologie (étude des pâtes et formes, observation des traces qui fixent un geste ou un contact passager : façonnage, frottage, empreintes corporelles, traces d’usage, de feu, de résidus, contact avec un autre matériau, etc.) ;
• fonctions des récipients dans l’alimentation (adéquation des pâtes et formes à des fonctions particulières, résidus ; étude du cas des vases à bière );
• mesures de capacités et phénomènes de standardisation ;
• coutumes funéraires (matériel de tombes contruites ; comparaison de deux assemblages d’urnes cinéraires) ;
• vases zoomorphes (à la fois figurines et récipients; notamment à travers le cas des pig pots).
• l’argile et les récipients d’argiles dans les textes cunéiformes.
Ces différents axes ont mis en évidence différents procédés de façonnage de l’argile (colombin, modelage, tournage, estampillage…), mais aussi l’utilisation d’outils, des plus simples (estèques, lames, poinçons, mirettes, tournassins…) aux plus complexes (outils rotatifs, tournettes, tours), le cadre d’ateliers, des procédés de cuissons (fours) d’où ressort toute la chaîne opératoire du travail de l’argile, et derrière ces pratiques et artefacts, un artisan, le potier.

• Argile et tablettes cunéiformes :
Différents maillons de la chaîne opératoire liée à ce matériau apparaissent par le biais des textes cunéiformes, dans leur teneur, d’une part, et dans leur matérialité, en tant que support de l’écriture, d’autre part.
• teneur : la recherche lexicographique met en évidence, d’un côté des termes propres aux différents états de ce matériau polymorphe qu’est l’argile, du plus fruste au plus sophistiqué (fosse, motte, pâton, tablette pour l’écriture, fours et récipients…), de l’autre des termes propres au travail du potier et à sa production (pratique ou métaphorique).
• matérialité : artefacts parmi d’autre, la confection des tablettes implique différentes étapes : le choix du matériau, sa préparation, son façonnage (selon certaines normes, formats propres au type de texte), sa réutilisation à l’état humide (tablettes scolaires), sa mise au rebus, son recyclage (par exemple dans l’architecture).
De textes cunéiformes, dispersés dans le temps et l’espace, se dégage donc une chaîne opératoire de l’argile qui peut être connectée aux pratiques encore utilisées par les potiers traditionnels, dans différentes régions du monde. Certains (listes lexicales, par ex.) montrent que les Mésopotamiens pensaient déjà l’argile de façon transverse.

Enfin tous ces éléments réunis suggèrent deux axes majeurs :
– 1) l’argile peut être traitée de façon pluridisciplinaire et transversale. Le cadre chrono-culturel et géographique de l’UMR (de la Préhistoire à l’actuel, sur tous les continents) s’y prête particulièrement bien ; ce qui permet d’appréhender les constantes, spécificités, convergences techniques et culturelles, les différences, les évolutions dans l’utilisation et le traitement d’un même matériau ; enfin de confronter le traitement de la chaîne opératoire dans les différents types de réalisations.
– 2) la dimension pratique, technique, observée sur le matériau ne peut se passer d’une démarche expérimentale.

En conclusion : Certains thèmes me tiennent particulièrement à cœur dans le projet « Argiles » :
* Définition, caractérisation du matériau (géologie, minéralogie, géomorphologie) peut-être confrontée la ou les définitions des Mésopotamiens
* Chaîne opératoire, de la sélection du matériau au produit fini : la céramique, les tablettes cunéiformes
* L’artisanat, les ateliers, les outils, les gestes de potier, les traces techniques, les empreintes (humaines, végétales, textiles).
* L’apport des textes (teneur et matérialité)
* Les mythologies (rôle symbolique de l’argile dans la création de l’homme, mythologies comparées, Mésopotamie, Egypte…).
* La démarche expérimentale et pratique
o reproduction des techniques de façonnage, tournage, cuisson, gestes du potier.
o l’outil rotatif : reconstitution de tournette.
o confection des tablettes cunéiformes : choix du matériau, mise en forme, cœur, modelage, formats.

La matérialité des textes sur argile

Cécile MICHEL (Directrice de recherche au CNRS, UMR 7041 ARScAn – HAROC) – cecile.michel@mae.cnrs

Epigraphiste, spécialiste des textes paléo-assyriens, Elle est notamment chargée du Déchiffrement, de la collation et de l’édition des archives privées des marchands de Kültepe/Kanish (2000-1750 av. J.-C.) ;
De part plusieurs de ses thèmes de recherche, elle entre dans la démarche du projet collectif « Argiles » :
• la Vie quotidienne et à la culture matérielle en Mésopotamie : textiles, alimentation, minéraux, métaux, faune, architecture…
• Apprentissage et pratique de l’écriture et du calcul. Lettrés et illétrés. Histoire des sciences (mathématiques) et des techniques.
• La matérialité des textes: diplomatique des tablettes, manuscrits et inscriptions, paléographie et épigraphie.
Dans ce cadre, elle accorde une attention particulière au support de l’écriture en tant qu’artefact et a réalisé de nombreuses copies de textes sur argile. Cécile MICHEL s’intéresse notamment aux enveloppes d’argile dans lesquelles les tablettes cunéiformes étaient placées pour certifier le texte.
A partir de l’étude minutieuse d’enveloppes et de fragments d’enveloppes, elle a entrepris une démarche expérimentale en reconstituant leur mode de fabrication.
A Hambourg, elle développe un projet avec des physiciens pour mettre en place une procédure utilisant un scanner tomographique pour numériser les tablettes dans leurs enveloppes. Ce système vise à permettre la lecture du texte de tablettes enfermées dans leur enveloppe.
Dans le cadre du projet « Argiles » sa participation est fondamentale, car c’est elle qui a initié ce thème de la matérialité des textes cunéiformes à travers leur support argileux. Ce thème est enfin cohérent avec le thème de la confection, de la réutilisation et le recyclage des tablettes d’argiles et avec la confection de tablettes égéennes.

Xavier FAIVRE (Ingénieur de recherche en archéologie, CNRS, UMR 7041 – ArScAn, Nanterre) – xavier.faivre@mae.cnrs.fr
Voir ci-dessus, titre 2.

Françoise ROUGEMONT (Chargée de recherche au CNRS ArScAn – protohistoire égéenne) – francoise.rougemont@mae.u-paris10.fr

Epigraphie et archéologie mycénienne, philologie classique, histoire et économique et histoire des techniques

Intéressée par la démarche expérimentale de la confection de tablettes d’argile en linéaire B.

***

D’autres personnes se sont montrées intéressées par le projet « Argiles », travaillant sur la construction, différents artefacts et sont susceptibles de le rejoindre.

Voir aussi les articles :

• Projet collectif “Argiles”

• Journée d’étude : “Formation structure, caractérisation, définitions d’un matériau”

• Journée d’étude : “Des altérations à l’utilisation des céramiques”

• Atelier “Retour d’expérimentation”

• Journée d’étude / atelier : Retour d’expérimentation 2 – “Reproduire dans l’argile : Reconstitution, protocole, expérimentation”

Journée d’étude: “Formation, structure, caractérisation, définitions d’un matériau

Journée d’étude

Formation, Structure, Caractérisation,
Définitions
d’un matériau

Organisée dans le cadre du projet collectif

« Argiles »

par Xavier Faivre

13 décembre 2018

 

Flyer_Argiles_13_12_2018_XF*

Résumés

Physique du matériau

Fabien Thomas

CNRS, LIEC, UMR 7360 CNRS-Université de Lorraine, Nancy

Les argiles : structure atomique et propriétés macroscopiques

Physico-chimiste des surfaces et des particules colloïdales dans l’environnement et les procédés industriels. C’est dans le domaine allant du nanomètre au millimètre que se situe la taille élémentaire de la matière solide transportée et accumulée dans les couches externes de la planète (sols, sédiments, milieux aquatiques, atmosphère) et dans nombre de procédés industriels. Ce domaine constitue la maille la plus fine pour la compréhension des mécanismes d’échange de matière et d’énergie entre la géosphère, la biosphère et l’hydrosphère.

Sous le nom générique “l’argile” se cachent des définitions très diverses, relatives aux propriétés utilisées dans leurs innombrables applications, et qui pourraient se résumer comme “des minéraux fins, lamellaires, à composition simple, ayant une forte interaction avec l’eau et les cations, et présentant une grande diversité de propriétés et d’applications”. Aucune autre espèce minérale n’a suscité autant de recherches dans des domaines aussi variés que la géologie, la géotechnique, la minéralogie, la physico-chimie. Il est remarquable que, pour quelques pourcents d’impuretés chimiques, une couche atomique supplémentaire, ou une forme plus ou moins lamellaire, leurs propriétés macroscopiques, leur devenir géologique, ou leurs applications artisanales et industrielles sont radicalement différentes. Ces paramètres microscopiques distinguent les deux principales familles d’argiles : d’une part la kaolinite, valorisée depuis le néolithique en matériaux cuits allant de la terre cuite à la porcelaine et aux céramiques , et d’autre part les smectites aux potentialités plus récemment découvertes dans les domaines des cristaux liquides ou des nano-composites. Pour ces dernières, leurs interactions avec l’eau définit des comportements spectaculaires, depuis l’échelle moléculaire jusqu’à celle du paysage.

Bruno Comentale

Institut de Géographie, Université de Nantes – CNRS, UMR 6554

Pays et paysages de l’argile. Approche géomorphologique des milieux argileux

L’étude des paysages de l’argile a été rarement entreprise en tant que telle, que parce que l’argile est un matériau ubiquiste, dont le comportement vis-à-vis de l’érosion est supposé prévisible dans ses grandes lignes (roche meuble facile à inciser et à exporter), donnant lieu à des reliefs « mous », modelés par des processus d’érosion liés à la présence d’eau sous forme liquide (glissements, mouvements de versants). Ces reliefs ont souvent été jugés comme banals car dépourvus de caractère spectaculaire, et répondant mal aux définitions habituelles de la géomorphologie structurale (reliefs plissés et faillés), et ont été inégalement étudiés. De même, les études de géomorphologie dynamique s’attachent d’abord aux agents d’érosion (pluie, ruissellement, vent, variations thermiques) ou à la vitesse de l’érosion, les roches argileuses étant en bloc considérées comme fragiles. De plus, le passage de l’échelle des minéraux argileux – qui confèrent aux roches leurs propriétés mécaniques, de la plasticité des kaolinites au pouvoir de gonflement des smectites – à celle des roches argileuses, elles-mêmes variées dans leur composition minéralogique et leur texture, complique l’analyse. Enfin, les modalités de l’imbibition en eau (quantité, rythme saisonnier), et par conséquent le caractère zonal des paysages de l’argile, jouent comme variable supplémentaire.

Une géomorphologie des paysages argileux peut cependant être entreprise de manière indirecte. Il est possible d’établir une typologie des formes modelées dans l’argile, ce qui permet de dégager des familles de processus d’érosion : formes en creux ou bosselées des versants des latitudes moyennes à fourniture d’eau constante ; formes de ravinement des milieux méditerranéens à fourniture d’eau saisonnière ; collines des tropiques humides, disséquées dans les épaisses formations d’argile d’altération ; formes planes des glacis créées par le balayage latéral des oueds, sur les marges désertiques. S’y superposent des paysages culturels, nés de la longue pratique d’utilisation de l’argile comme matériau : des « pays » de tuiles et de briques à la tonalité rouge, doublés de terroirs agricoles longtemps difficiles à cultiver et de moindre densité de peuplement ; des milieux humides aux anciennes argilières devenues étangs, jalonnés par une toponymie évocatrice.

Argiles et constructions

Léo Boulicot, Ingénieur matériaux, formateur (amàco)

La terre – science, technique et architecture

De la plaquette d’argile à l’architecture, ancienne ou contemporaine, comment construire avec ce que l’on a sous les pieds ?

À l’image de la ville rouge de Timimoun dans le Sahara algérien, des fermes en pisé dans le Dauphiné ou de la ville de Shibam au Yémen, la terre comme matériau de construction est présente sur tous les continents sous de multiples formes et héberge encore un tiers de la population humaine.

À la suite des travaux du chercheur Pierre-Gilles De Gennes, le travail des physiciens sur la compréhension de la matière en grains permet d’entrevoir les réponses à ce paradoxe pour notre société du béton de ciment, du verre et de l’acier : « Comment ça tient ? ». Béton de terre, empilement granulaire, chaînes de forces, ponts capillaires, argiles gonflantes, autant de termes illustrés par des expérimentations contre-intuitives permettant une compréhension sensible de la physique du matériau terre. À travers une série de manips de coin de table, cette présentation propose un point de départ à la réappropriation de la compréhension de cette matière à construire millénaire.

Julia Wattez, Inrap, CNRS, UMR 5140, Montpellier

Caractérisation micromorphologique des matériaux de construction en terre crue.
L’exemple des architectures néolithiques

La construction en terre crue est maintenant bien attestée dans les habitats néolithiques en France. Des restes de bâtiments, parfois associés à des sols aménagés, ont été reconnus dès le Néolithique moyen. Néanmoins, dès les premières découvertes, dans les années 1990, l’identification des formes du bâti est apparue difficile principalement en raison de l’absence de référence sur les procédés de mise en œuvre de la terre pour cette période. Pour documenter les modes d’usage de la terre crue dans les pratiques d’aménagement néolithiques, une approche technologique, menée selon les principes de la micromorphologie, a été entreprise sur différents types de structures de terre crue. La reconstitution des étapes de la chaîne opératoire de la construction, depuis le choix des matériaux jusqu’à leur mise en œuvre, a pour propos de préciser les modes de production des murs et des sols, et leur variabilité. En l’état actuel, cette recherche montre que les matériaux employés sont d’origine locale (contexte pédo-sédimentaire du site ou de ses environs immédiats). Ils sont principalement de texture limoneuse. Ils ont subi différents types de préparation et sont parfois enrichis par des ajouts minéraux ou végétaux. Les procédés de construction des sols sont variés (chape, épandage, pavement). Les murs en terre porteuse apparaissent édifiés par façonnage direct, selon des techniques diverses.

Argiles et restaurations

Mathilde Gelin, CNRS, ArScAn-APOHR, Nanterre

De la Physique du matériau à la restauration de vestiges architecturaux

(…)

 

Anne Liégey (Restauratrice indépendante)

La conservation-restauration des tablettes cunéiformes et des objets en terre crue

Les objets en terre crue posent des problèmes de conservation-restauration particuliers et leur traitement est souvent une gageure. La cuisson a longtemps été le traitement appliqué aux tablettes cunéiformes en terre crue pour les préserver. À la demande du département des Antiquités orientales du musée du Louvre, un traitement respectueux des objets et de la déontologie appliquée à la conservation-restauration des œuvres a été mis au point il y a plus de vingt ans. Il fallait pourtant s’assurer que la consolidation de la terre crue avec un silicate d’éthyle puis le dessalement des tablettes n’avaient pas d’incidences majeures sur leurs caractéristiques minéralogiques et chimiques. Ce protocole de traitement, expérimenté dans un premier temps sur des fragments de tablettes anépigraphes, a été étendu aux tablettes endommagées.

Nous exposons ici la méthode de traitement et certains résultats des programmes de recherches ArTéMIE puis RECOLLECT mis en place pour comprendre l’interaction entre le silicate d’éthyle et les argiles. Ces recherches ont également apporté un nouveau regard sur le matériau constitutif des tablettes et ont permis de préciser les conditions dans lesquelles utiliser ce consolidant.

 

Des argiles et des textes

Xavier Faivre (CNRS, ArScAn-HAROC, Nanterre)

Cécile Michel (CNRS, ArScAn-HAROC, Nanterre – Université de Hambourg)

Les mots pour dire l’argile. L’argile pour écrire les mots.
Texte et matérialité des tablettes cunéiformes

Les tablettes cunéiformes présentent une double particularité qui leur donne un statut à part dans la documentation de l’argile : leur texte et leur matérialité.

On y trouve des mots, imprimés sur l’argile fraîche, en sumérien et en akkadien, pour nommer l’argile dans ses différents états, aspects ou différentes formes ; d’autres pour évoquer la chaîne opératoire concernant ce matériau. Il n’y a pas de traité rationnalisant son utilisation. Les textes sont très divers, les données éparses : d’une part, des listes lexicales, dont la logique de classement nous échappe parfois ; d’autre part, des textes hétérogènes, où l’on perçoit parfois l’argile en creux, dans certaines expressions, derrière le praticien, le lieu de prélèvement, certains rituels….

Mais une tablette cunéiforme est avant tout un artefact comme un autre, un pâton d’argile imprimé de clous. À ce titre, le matériau est sélectionné, stocké, recyclé et donc économisé. La tablette est formée selon la taille ou le format voulu, selon différents principes, et parfois recouverte d’une enveloppe d’argile. Lorsque son contenu n’est plus utile, elle peut être réutilisée, encore molle, en l’effaçant ou en la malaxant, ou encore en la réhumidifiant. Une fois sèche, elle peut être recyclée dans l’architecture.

À travers ces deux aspects complémentaires, bien mis en évidence par les études récentes, les tablettes cunéiformes montrent un usage particulier des argiles en Mésopotamie, ce qui sous-tend la place hors pair de ce matériau.

 

Françoise Rougemont (CNRS, ArScAn – Protohistoire égéenne, Nanterre)

Le matériau « argile » à l’époque mycénienne : Réflexions sur les textes en linéaire B

À l’époque mycénienne, sans surprise, l’argile sert à de nombreux usages : on fabrique de la céramique, des figurines, et une variété d’objets en terre cuite ; on utilise de la brique crue dans la construction. Enfin l’argile sert d’outil administratif et de support pour l’écriture (scellés, tablettes, etc). On se donnera ici pour objectif de présenter spécifiquement les données qui peuvent être tirées des documents administratifs en linéaire B — qu’il s’agisse de leur contenu textuel ou de leur forme matérielle.

 

Adeline Bats (université Paris-Sorbonne)

L’argile dans les textes pharaoniques

L’argile est omniprésente dans la culture égyptienne de la préhistoire à nos jours. Matériau de base, elle est employée pour la réalisation architecturale, la production céramique, mais également dans de nombreux aspects de la vie quotidienne. Cependant, la documentation épigraphique livre peu d’informations permettant de documenter les techniques relatives au travail de la terre, de l’extraction au façonnage. Seuls quelques scènes et papyrus comptables témoignent des procédés et du vocabulaire associés. Ainsi, il apparaît rapidement que certains termes utilisés pour désigner le façonnage de l’argile entretiennent une proximité avec ceux relatifs aux travaux agricoles, et plus curieusement avec le vocabulaire de la guerre.

Les termes servant à désigner l’argile en tant que matériau sont également très peu nombreux, bien que les occurrences démontrent des emplois divers. Alors que les textes égyptiens livrent une quantité non négligeable de mots servant à désigner des conteneurs céramiques, l’argile semble relativement exclue de la documentation administrative. Cette absence soulève, dès lors, la question de la gestion de son extraction et de l’approvisionnement des ateliers royaux et provinciaux en matières premières.

 

Voir aussi les articles :

• Projet collectif “Argiles”

• Projet collectif “Argiles” : annuaire des participants

• Journée d’étude : “Des altérations à l’utilisation des céramiques”

• Atelier “Retour d’expérimentation”

• Journée d’étude / atelier : Retour d’expérimentation 2 – “Reproduire dans l’argile : Reconstitution, protocole, expérimentation”

Journée d’étude: “Des altérations à l’utilisation des céramiques”

PROJET COLLECTIF ArScAn « ARGILES »
JOURNÉE D’ÉTUDE : DES TRACES D’USURE À L’UTILISATION DES CÉRAMIQUES

Organisée dans le cadre du projet collectif “Argiles”

par Pauline DEBELS (UMR 8215 – Trajectoires)

et Bastien RUEFF (UMR 7041 – ArScAn – Proto-histoire égéenne)

[Programme prévisionnel]

Dans le cadre d’une journée d’étude, nous souhaitons soulever la question de l’analyse fonctionnelle des récipients en céramique, dans des contextes archéologiques et ethnographiques. Des études récentes ont mis en évidence la nécessité de coupler les différentes méthodes de caractérisation fonctionnelle . Suivant ce fil conducteur, la thématique sera abordée à travers l’analyse des altérations et des résidus qui permettent d’identifier le contenu ainsi que les gestes associés à la manipulation et à l’utilisation des vases en terre cuite. En confrontant des données issues de différents contextes chronologiques et culturels, cette journée se fixe pour objectif de contribuer à la création d’une nomenclature et d’un référentiel des traces d’usure et des résidus présents sur les corpus céramiques.
L’argile, depuis la matière première jusqu’au produit fini, sera au cœur des réflexions. Il s’agira d’une part d’examiner les processus mécaniques, chimiques et thermiques qui affectent le matériau lors de l’utilisation des récipients, d’autre part ce que nous révèlent les altérations en surface et les résidus imprégnés des activités qui en sont à l’origine. La présentation de travaux en cours pourra contribuer à la distinction entre « fonction primaire » et « usage » des vases ainsi qu’à à la mise en évidence des « compétences techniques » du potier face aux « contraintes fonctionnelles » . Elle permettra aussi d’évaluer la pertinence des méthodes biochimiques et tracéologiques pour détecter les denrées préparées, stockées, consommées/utilisées, enfin, l’outillage et les gestes impliqués dans ces activités.
Dans le but de favoriser les débats, cette journée d’étude s’apparentera à une table ronde interdisciplinaire. Nous invitons des archéologues, mais également des ethnologues, des tribologues et des chimistes à venir présenter des études de cas. Les communications, qui dureront 15 à 20 minutes, s’appuieront sur des photographies macro- et microscopiques et, dans la mesure du possible, sur la manipulation de mobilier archéologique. Le thème des sessions suivra les principales catégories d’altérations retrouvées sur les corpus céramiques . Chaque session sera ponctuée par des discussions approfondies. La journée d’étude aura lieu en novembre 2018.

Session 1 : Altérations mécaniques et physiques
Il s’agit des traces formées lors de contacts répétés et/ou intenses (frottements, bris, etc.) ainsi que les fracturations dues à des phénomènes naturels (par exemple, le gel). La session portera à la fois sur la réaction du matériau face aux chocs et sur les traces produites par la manipulation et l’emploi d’outils lors de l’utilisation. La notion de durée de vie des céramiques pourra être abordée. Un tribologue sera notamment invité à communiquer.

Session 2 : Altérations chimiques
Il s’agit des traces produites par la transformation des denrées et par des contextes spécifiques d’enfouissement (notamment l’acidité des sols). On pourra examiner par quels processus chimiques les contenus provoquent la formation de traces sur les parois. Cela peut concerner les liquides acides ou alcoolisés, les processus de fermentation, les substances psychotropes, etc. Un ethnologue interviendra sur les pratiques de consommation alimentaire et un archéologue pourra présenter les traces détectées dans son corpus.

Session 3 : Dépôts, résidus et imprégnations
Il s’agit des restes organiques ou minéraux qui, par processus d’accumulation ou de carbonisation, se retrouvent en surface et dans les porosités. L’objectif sera non seulement d’aborder l’analyse chimique des résidus (méthodes, biais, résultats), mais aussi le potentiel informatif de l’observation macro- et microscopique des dépôts organiques et minéraux, par exemple dans le cadre de techniques d’éclairage ou encore d’activités métallurgiques. Un chimiste et un archéologue parleront de leurs approches respectives.

Session 4 : Altérations thermiques
Il s’agit de la fracture ou des altérations de surface qui interviennent lors d’une montée soudaine en température. Ce phénomène concerne essentiellement les activités de cuisson et la crémation ; occasionnellement la destruction des sites par incendie. Peut-on identifier différents modes de cuisson pour la transformation alimentaire à partir des traces (ébullition, torréfaction, grillage) ? Dans quelle mesure le potier a-t-il pu anticiper la résistance aux chocs thermiques de sa production ? Comment différencier les usures thermiques dues à un incendie de celles obtenues par les cuissons primaire et secondaire d’un vase ? Un archéologue sera invité à examiner ces différents aspects.

JOURNÉE D’ÉTUDE

DES ALTÉRATIONS À L’UTILISATION DES CÉRAMIQUES

Organisée dans le cadre des programmes collectifs «Argiles» et «Tessonnier»
par Pauline DEBELS et Bastien RUEFF

 

09h00: Accueil des participants

09h15 : Mot d’accueil de Xavier FAIVRE (ArScAn, UMR7041)

09h30 : Introduction par Haris PROCOPIOU (ArScAn, UMR 7041) et François GILIGNY (Trajectoires, UMR 8215)

SESSION 1 : ALTÉRATIONS MÉCANIQUES ET PHYSIQUES

10h00 -10h30 : Hassan ZAHOUANI / Roberto VARGIOLU (LTDS, École centrale de Lyon) : La tribologie appliquée à l’étude des céramiques

10h30-11h00 : Julien VIEUGUÉ (CNRS-UMR 7055 Préhistoire et Technologie) : De l’usure des céramiques aux systèmes de portage néolithiques: le cas de la Méditerranée orientale

11h00- 11h30 : pause café

SESSION 2 : DÉPÔTS, RÉSIDUS ET IMPRÉGNATIONS

11h30 -12h00 : Martine REGERT (Cepam, UMR 7264), Léa DRIEU (Department of Archaeo­logy, BioArCh, University of York [Royaume-Uni]), Laura FANTI (Laboratorio di Antichità Sarde e Paletnologia, Università degli Studi di Cagliari [Italie]) : Potentiel informatif des résidus organiques en lien avec la fonction des céramiques

12h00 – 12h30 : Bastien RUEFF (ArScAn, UMR 7041) : Dépôts de suie dans les lampes minoennes et premiers résultats d’une spectrométrie de masse TOF-SIMS

12h30- 14h00 : pause déjeuner

SESSION 3 : RÉACTIONS CHIMIQUES AVEC L’ARGILE ET LE DÉGRAISSANT

14h00 – 14h30 : Fanette LAUBENHEIMER (ArScAn, UMR 7041) : Boissons fermentées en Gaule

14h30 -15h00 : Pauline DEBELS (Trajectoires, UMR 8215 et ASM UMR 5140) : Dissolution du dégraissant dans les poteries de stockage et de service du Néolithique final en région kars­tique : quelles interprétations fonctionnelles?

15h00- 15h20 : pause café

SESSION 4 : ALTÉRATIONS THERMIQUES

15h20- 15h50 : Vanessa FORTE (Macdonallnstitute for Archaeological Research, University of Cambridge [Royaume-Uni]), Traces d’usure et altérations thermiques : propositions inter­ prétatives et questions ouvertes sur des céramiques de l’âge du Cuivre provenant de la région actuelle de Rome

15h50 -16h20 : Zoï TSIRTSONI (ArScAn, UMR 7041) / Anastasia DIMOULA (Université Aris­tote de Thessalonique) : Usures thermiques sur des vases néolithiques et expérimentaux

 

Voir aussi les articles :

• Projet collectif “Argiles”

• Projet collectif “Argiles” : annuaire des participants

• Journée d’étude : “Formation, structure, caractérisation, définitions d’un matériau”

• Atelier “Retour d’expérimentation”

• Journée d’étude / atelier : Retour d’expérimentation 2 – “Reproduire dans l’argile : Reconstitution, protocole, expérimentation”

 

Penser le patrimoine culturel en 3 dimensions : expériences et perspectives

La journée “Penser le patrimoine culturel en 3 dimensions“, co-organisée par le programme ArcheoNum de l’UMR7041-ArScAn et par le LabEx les Passés dans le présent, se déroulera le 20 mai 2019 à partir de 9h30 au bâtiment Max Weber du Campus de l’Université Paris Nanterre, rez-de-chaussée, salle 2.
La séance est ouverte à tous, dans la limite des places disponibles.

Les communications et la table ronde, qui composent cette journée, aborderont l’utilisation de la 3D et des technologies récentes de visualisation sous l’angle de leur adéquation aux problématiques de recherche et de leur utilisation dans les médiations scientifiques et culturelles. En effet, l’image numérique et la 3D sont devenues incontournables pour l’archéologie, l’histoire de l’art et, plus largement, les études du passé, notamment pour la connaissance des sites, du bâti, des décors et des artefacts. Les outils et les techniques, en évolution permanente, ont bouleversé nos approches, nos méthodes et nos limites, et apporté à la recherche une nouvelle dimension. Nombreux sont les projets de recherche étroitement articulés autour du numérique (acquisition et restitution, 3D, RTI, dispositif interactif), tant au sein du laboratoire ArScAn que dans le labex Les passés dans le présent.

Compte-tenu des problématiques et des approches, qui varient selon le thème, le sujet, la période et les objectifs, un échange et un dialogue sur ces expériences ne peuvent qu’être enrichissants et constructifs.
De nos jours, l’usage systématique du numérique dans la recherche, le questionnement sur ses apports, ses possibilités et ses limites reste impératif.
Quelles finalités attendons-nous de ces outils de travail ?
Comment se positionne la relation entre les deux mondes numérique/sciences humaines ?
Et jusqu’où peut-on aller pour la valorisation grand public de la recherche?

Pour en discuter, nous vous proposons cette journée d’étude consacrée à la 3D et au numérique pour le patrimoine, journée durant laquelle une table ronde réunira, en début d’après-midi, les participants du LabEx et d’ArScAn autour d’invités reconnus pour leur apport réflexif à ce sujet.

Organisation :
Micheline Kurdy (postdoctorante Labex Les passés dans le présent)
Anne-Violaine Szabados (UMR 7041 – ArScAn, équipe ESPRI&LIMC, ArcheoNum ; LIMC)
Mathieu Linlaud (UMR 7041 – ArScAn, équipe THEMAM ; ArcheoNum)

Contacts :
m.kurdy@parisnanterre.fr
anne-violaine.szabados@cnrs.fr

Programme

Matinée
9h30 : Anne Violaine Szabados, Introduction

10h-13h : Lieux et architecture : mise en situation et restitution

  • Rozenn Douaud, La réalisation d’un dessin en 3D comme moyen de validation d’hypothèses de recherche.
  • Bastien Rueff, Hara Procopiou & Alexandre Pinto, Des outils aux activités : modéliser en trois dimensions l’espace visuel et sonore dans une ville minoenne. Enjeux et perspectives.
  • Julie Bessenay, Haute terrasse de Tureng Tépé (Iran), programme de modélisation 3D.
    Béatrice Muller, Le Grand Palais Royal de Mari (Syrie, début du IIe millénaire av. J.-C.) : les grands axes d’une restitution virtuelle.

Pause

  • Micheline Kurdy, L’analyse architecturale par la 3D : acquisition, restitution et représentation.
  • Laurent Costa, La Roche Guyon : chantier méthodologique / Délos : un sanctuaire antique face au numérique. Du SIG jusqu’à la restitution / Construire un écosystème numérique pour la recherche : le programme ArcheoFab – Bassin Parisien et le consortium Paris Time Machine.

Après-midi
14h-15h45 : Table ronde
Communication de Livio de Luca (MAP)
Discussion animée par Micheline Kurdy.

Pause

16h-18h : Autour de l’objet et du décor : voir et redécouvrir

  • Philippe Jockey & Virginie Fromageot, Les apports de la modélisation numérique 3D à la reconstitution du décor sculpté de la tholos de Delphes : enjeux, méthodes, questions.
  • Louise Quillien & Mustapha Djabellaoui, Présentation de la numérisation 3D du Caillou Michaux : enjeux techniques, scientifiques et patrimoniaux.
  • Anne-Violaine Szabados, Appréhender les œuvres du passé grâce à la 3D : des objets et un coffret antiques à la BnF.
  • Mathieu Linlaud, La serrure médiévale.

 

Archéologie du Fait Urbain – 2e journée : Veille sur la Ville

Le thème transversal (UMR ArScAn) ARCHÉOLOGIE DU FAIT URBAIN (AFU) tiendra  sa deuxième journée d’étude le vendredi 17 mai 2019 (bâtiment Max Weber, amphithéâtre). Elle aura pour sujet la « Veille sur la ville »

Cliquer ici pour ouvrir le programme des interventions de l’AFU 2019

Inscriptions : afurbain@gmail.com

le compte-rendu de la première journée d’étude du 29 juin 2018 (“Les cold cases : la reprise des données de fouilles anciennes”) est téléchargeable sur le blog AFU.

Séminaire « Représenter la performance » – 5 avril 2019

Camée dit “de Ménandre”. Copyright: 2019 DSIC, Ville de Genève

Les équipes ESPRI&LIMC et Themam ont le plaisir de vous convier à la prochaine séance du séminaire Représenter la performance, animé par Alexa Piqueux et Evelyne Prioux dans le cadre des programmes transversaux de l’UMR 7041 ArScAn.

Cette séance accueillera des conférences d’Isabelle David (La comédie latine vue par elle-même: texte et spectacle en réflexion) et d’Eloïse Letellier-Taillefer (L’architecture des édifices de spectacles dans les représentations de performances à l’époque romaine) dans la salle du conseil de la MAE René Ginouvès, de 13h30 à 15h30 le vendredi 5 avril 2019.

affiche-2019-04-05-4

ArcheoNum : Les outils collaboratifs EpiDoc et SigiDoc, ou comment élever l’épigraphie et la sigillographie dans le Web de données grâce au standard TEI

La prochaine séance du programme ArcheoNum – L’archéologie dans les Humanités numériques, le vendredi 15 mars (10h-13h), sera consacrée à la réalisation et à la gestion de projets numériques visant à l’interopérabilité des données relatives à l’épigraphie et aux sceaux.

Les deux projets, présentés par Emmanuelle Morlock, Martina Filosa et Alessio Sopracasa, s’insèrent dans le Web de données grâce à l’utilisation des outils collaboratifs EpiDoc, et de son dérivé SigiDoc, tous deux fondés sur la TEI, le standard pour l’édition électronique.
EpiDoc et SigiDoc, applications et schémas libres développés par la communauté scientifique, prennent en compte les données sur l’objet étudié (support d’épigraphie ; sceau) et les inscriptions et images qu’il porte.
La séance sera aussi l’occasion de présenter exist-db, un système de gestion de base de données fondé sur XML, et EFES (EpiDoc Front End Services), la plateforme paramétrable permettant l’adaptation d’EpiDoc (SigiDoc en est un exemple).

Concilier les expertises et combiner les outils : retour d’expérience sur la conception collaborative d’une édition de sources épigraphiques

Emmanuelle Morlock (UMR5189-HiSoMa, Lyon), à propos du projet consacré à la Cachette de Karnak, exposera les questionnements et choix liés à l’édition numérique des sources, et la mise en œuvre d’applications sur exist-db.

Décliner EpiDoc/EFES pour les sceaux byzantins : SigiDoc

 Martina Filosa (Université de Cologne) et Alessio Sopracasa (Université Paris-Sorbonne) présenteront, pour un projet de publication en ligne de collections de sceaux byzantins, SigiDoc et la plateforme EFES.

Affiche (pdf) : ArcheoNum-EpiTEI-affiche-light

Texte de présentation (pdf) : ArcheoNum-EpiDoc-SigiDoc-15mars2019

Cette séance du projet collectif ArScAn ArcheoNum est ouverte à toute personne intéressée.

Elle aura lieu le vendredi 15 mars de 10h à 13h (accueil café 9h30) à la MSH MAE, 2e étage, salle 211G.
Adresse : Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès. 21, allée de l’Université, Nanterre.
Transport : gare RER et SNCF : Nanterre Université

contact : anne-violaine.szabados@cnrs.fr
Ce billet est également disponible sur : 
https://archeonum.hypotheses.org/765

Séance organisée par Anne-Violaine Szabados (ArScAn)

Cite this article as: auteurarscanpc, "ArcheoNum : Les outils collaboratifs EpiDoc et SigiDoc, ou comment élever l’épigraphie et la sigillographie dans le Web de données grâce au standard TEI," in Les projets collectifs d'ArScAn, 13/03/2019, https://arscanpc.hypotheses.org/1010.

Colloque Archéo-Éthique – 25-26 mai 2018

Le Colloque Archéo-Éthique s’est tenu les 25 et 26 mai 2018 à l’auditorium de l’INHA.   Organisé par Béline Pasquini et Ségolène Vandevelde, doctorantes au sein du laboratoire ArScAn, et soutenu par quatorze institutions, il a rassemblé des chercheurs issus de différentes disciplines, provenant de plusieurs pays et de plusieurs régions de France afin d’échanger sur le large thème qu’est l’éthique en archéologie. Les 271 inscrits, provenant également de plusieurs régions de France, ont pu suivre le colloque en français et en anglais, grâce à une traduction simultanée.

Les vidéos des interventions du Colloque Archéo-Éthique sont désormais disponibles en ligne sur la chaine Youtube de l’Association Archéo-Éthique (en français et en anglais).

-> vous pouvez suivre nos actions sur Facebook et Twitter
-> et adhérez à l’association Archéo-Éthique pour soutenir nos projets

infographie bilan colloque archeo-ethique
(c) Claire Dupuis

Présentation du colloque

Qu’est-ce que l’éthique et en quoi les archéologues sont-ils concernés ?

L’éthique appliquée à l’archéologie est une façon de nous comporter vis à vis de notre objet d’étude, de nos pairs et des différents acteurs avec lesquels nous sommes amenés à interagir (hommes politiques, journalistes, populations voisines des sites, grand public). Une pratique professionnelle éthique requiert un questionnement réflexif, depuis l’élaboration des problématiques de recherche jusqu’à la publication et la médiatisation des résultats, en passant par le processus de fouille.

Les archéologues sont aujourd’hui confrontés à de nombreuses questions éthiques dans leur pratique quotidienne : contextes difficiles (dictature, guerre, pauvreté, territoires revendiqués), contraintes économiques, (dé)réglementations de l’archéologie et concurrence, archéologie funéraire, relation entre archéologues et populations autochtones ou locales, relation entre archéologues professionnels et archéologues amateurs, bonnes pratiques de publication, médiatisation des résultats, etc.

Il paraît essentiel de réfléchir sur notre profession, notre statut et notre position en tant que profession culturelle et scientifique dans le monde actuel. Les archéologues anglo-saxons semblent davantage sensibilisés à l’éthique mais leur approche est propre à leur histoire et ne peut être transposée telle quelle dans tous les pays. En effet, dans beaucoup de pays européens l’archéologie est marquée par des traditions nationales diverses, que ce soit dans les relations avec les communautés, la déréglementation ou encore le statut des religions. Ces trois points permettent de penser qu’il serait légitime de développer une approche spécifique de ces questionnements en France et en Europe, afin d’apporter une autre vision de l’éthique en archéologie. Ces deux journées de conférence et de discussions sont un premier pas ; elles visent tout d’abord à montrer l’importance de l’éthique en archéologie en présentant la variété des sujets à traiter et, d’autre part, à faire émerger de nouveaux questionnements et de nouvelles réponses parmi les chercheurs et les étudiants.

Ce colloque fera l’objet d’une publication dans un numéro spécial de la Revue canadienne de bioéthique.

Comité d’organisation

Béline Pasquini, doctorante en archéologie
Ségolène Vandevelde, doctorante en archéologie

Comité scientifique

​Pascal Butterlin, professeur d’archéologie
Xavier Delestre, conservateur général du patrimoine
Christian Gates-St-Pierre, professeur adjoint d’archéologie
Anne Lehoërff, professeur d’archéologie, vice-présidente du CNRA
Christophe Petit, professeur d’archéologie
Hara Procopiou, professeur d’archéologie
Boris Valentin, professeur d’archéologie
François Villeneuve, professeur d’archéologie, directeur de l’UMR 7041 ArScAn

Incendies. Présentation du projet

Équipes concernées :  Archéologies environnementales, GAMA, Mondes grecs archaïques et classiques, APB

Des journées d’étude portant sur les incendies comme fait accidentel ou de guerre, sur la propagation du feu et ses temporalités propres et sur les incendies d’origine naturelle, des journées de saisie pour l’alimentation d’une base de données et un colloque final (2022) poursuivront la collaboration lancée en 2015 pour mieux comprendre le phénomène et les traces observées dans les fouilles archéologiques. 

Tessonnier. Présentation du projet

Équipes concernées :  APOHR, GAMA, Asie centrale, ESPRI-LIMC, VEPMO

Parallèlement à la constitution de collections de référence et d’une plate-forme technologique dédiée à la céramique, ce programme « Tessonnier : outil d’interprétation chrono-typologique et sociétal » rassemble des séries issues d’un très vaste bassin de collecte, de la Gaule du Nord principalement au Levant et à l’Arabie et sur plusieurs millénaires du Néolithique au Moyen-Âge, pour d’une part appréhender les productions sur toute leur durée et les échanges dans toute leur ampleur, et d’autre part mettre en commun l’approche technologique, le classement formel, les protocoles d’analyses archéométriques et l’étude symbolique du décor.