Penser le patrimoine culturel en 3 dimensions : expériences et perspectives

La journée « Penser le patrimoine culturel en 3 dimensions« , co-organisée par le programme ArcheoNum de l’UMR7041-ArScAn et par le LabEx les Passés dans le présent, se déroulera le 20 mai 2019 à partir de 9h30 au bâtiment Max Weber du Campus de l’Université Paris Nanterre, rez-de-chaussée, salle 2.
La séance est ouverte à tous, dans la limite des places disponibles.

Les communications et la table ronde, qui composent cette journée, aborderont l’utilisation de la 3D et des technologies récentes de visualisation sous l’angle de leur adéquation aux problématiques de recherche et de leur utilisation dans les médiations scientifiques et culturelles. En effet, l’image numérique et la 3D sont devenues incontournables pour l’archéologie, l’histoire de l’art et, plus largement, les études du passé, notamment pour la connaissance des sites, du bâti, des décors et des artefacts. Les outils et les techniques, en évolution permanente, ont bouleversé nos approches, nos méthodes et nos limites, et apporté à la recherche une nouvelle dimension. Nombreux sont les projets de recherche étroitement articulés autour du numérique (acquisition et restitution, 3D, RTI, dispositif interactif), tant au sein du laboratoire ArScAn que dans le labex Les passés dans le présent.

Compte-tenu des problématiques et des approches, qui varient selon le thème, le sujet, la période et les objectifs, un échange et un dialogue sur ces expériences ne peuvent qu’être enrichissants et constructifs.
De nos jours, l’usage systématique du numérique dans la recherche, le questionnement sur ses apports, ses possibilités et ses limites reste impératif.
Quelles finalités attendons-nous de ces outils de travail ?
Comment se positionne la relation entre les deux mondes numérique/sciences humaines ?
Et jusqu’où peut-on aller pour la valorisation grand public de la recherche?

Pour en discuter, nous vous proposons cette journée d’étude consacrée à la 3D et au numérique pour le patrimoine, journée durant laquelle une table ronde réunira, en début d’après-midi, les participants du LabEx et d’ArScAn autour d’invités reconnus pour leur apport réflexif à ce sujet.

Organisation :
Micheline Kurdy (postdoctorante Labex Les passés dans le présent)
Anne-Violaine Szabados (UMR 7041 – ArScAn, équipe ESPRI&LIMC, ArcheoNum ; LIMC)
Mathieu Linlaud (UMR 7041 – ArScAn, équipe THEMAM ; ArcheoNum)

Contacts :
m.kurdy@parisnanterre.fr
anne-violaine.szabados@cnrs.fr

Programme

Matinée
9h30 : Anne Violaine Szabados, Introduction

10h-13h : Lieux et architecture : mise en situation et restitution

  • Rozenn Douaud, La réalisation d’un dessin en 3D comme moyen de validation d’hypothèses de recherche.
  • Bastien Rueff, Hara Procopiou & Alexandre Pinto, Des outils aux activités : modéliser en trois dimensions l’espace visuel et sonore dans une ville minoenne. Enjeux et perspectives.
  • Julie Bessenay, Haute terrasse de Tureng Tépé (Iran), programme de modélisation 3D.
    Béatrice Muller, Le Grand Palais Royal de Mari (Syrie, début du IIe millénaire av. J.-C.) : les grands axes d’une restitution virtuelle.

Pause

  • Micheline Kurdy, L’analyse architecturale par la 3D : acquisition, restitution et représentation.
  • Laurent Costa, La Roche Guyon : chantier méthodologique / Délos : un sanctuaire antique face au numérique. Du SIG jusqu’à la restitution / Construire un écosystème numérique pour la recherche : le programme ArcheoFab – Bassin Parisien et le consortium Paris Time Machine.

Après-midi
14h-15h45 : Table ronde
Communication de Livio de Luca (MAP)
Discussion animée par Micheline Kurdy.

Pause

16h-18h : Autour de l’objet et du décor : voir et redécouvrir

  • Philippe Jockey & Virginie Fromageot, Les apports de la modélisation numérique 3D à la reconstitution du décor sculpté de la tholos de Delphes : enjeux, méthodes, questions.
  • Louise Quillien & Mustapha Djabellaoui, Présentation de la numérisation 3D du Caillou Michaux : enjeux techniques, scientifiques et patrimoniaux.
  • Anne-Violaine Szabados, Appréhender les œuvres du passé grâce à la 3D : des objets et un coffret antiques à la BnF.
  • Mathieu Linlaud, La serrure médiévale.

 

Archéologie du Fait Urbain – 2e journée : Veille sur la Ville

Le thème transversal (UMR ArScAn) ARCHÉOLOGIE DU FAIT URBAIN (AFU) tiendra  sa deuxième journée d’étude le vendredi 17 mai 2019 (bâtiment Max Weber, amphithéâtre). Elle aura pour sujet la « Veille sur la ville »

Cliquer ici pour ouvrir le programme des interventions de l’AFU 2019

Inscriptions : afurbain@gmail.com

le compte-rendu de la première journée d’étude du 29 juin 2018 (« Les cold cases : la reprise des données de fouilles anciennes ») est téléchargeable sur le blog AFU.

Séminaire « Représenter la performance » – 5 avril 2019

Camée dit « de Ménandre ». Copyright: 2019 DSIC, Ville de Genève

Les équipes ESPRI&LIMC et Themam ont le plaisir de vous convier à la prochaine séance du séminaire Représenter la performance, animé par Alexa Piqueux et Evelyne Prioux dans le cadre des programmes transversaux de l’UMR 7041 ArScAn.

Cette séance accueillera des conférences d’Isabelle David (La comédie latine vue par elle-même: texte et spectacle en réflexion) et d’Eloïse Letellier-Taillefer (L’architecture des édifices de spectacles dans les représentations de performances à l’époque romaine) dans la salle du conseil de la MAE René Ginouvès, de 13h30 à 15h30 le vendredi 5 avril 2019.

affiche-2019-04-05-4

ArcheoNum : Les outils collaboratifs EpiDoc et SigiDoc, ou comment élever l’épigraphie et la sigillographie dans le Web de données grâce au standard TEI

La prochaine séance du programme ArcheoNum – L’archéologie dans les Humanités numériques, le vendredi 15 mars (10h-13h), sera consacrée à la réalisation et à la gestion de projets numériques visant à l’interopérabilité des données relatives à l’épigraphie et aux sceaux.

Les deux projets, présentés par Emmanuelle Morlock, Martina Filosa et Alessio Sopracasa, s’insèrent dans le Web de données grâce à l’utilisation des outils collaboratifs EpiDoc, et de son dérivé SigiDoc, tous deux fondés sur la TEI, le standard pour l’édition électronique.
EpiDoc et SigiDoc, applications et schémas libres développés par la communauté scientifique, prennent en compte les données sur l’objet étudié (support d’épigraphie ; sceau) et les inscriptions et images qu’il porte.
La séance sera aussi l’occasion de présenter exist-db, un système de gestion de base de données fondé sur XML, et EFES (EpiDoc Front End Services), la plateforme paramétrable permettant l’adaptation d’EpiDoc (SigiDoc en est un exemple).

Concilier les expertises et combiner les outils : retour d’expérience sur la conception collaborative d’une édition de sources épigraphiques

Emmanuelle Morlock (UMR5189-HiSoMa, Lyon), à propos du projet consacré à la Cachette de Karnak, exposera les questionnements et choix liés à l’édition numérique des sources, et la mise en œuvre d’applications sur exist-db.

Décliner EpiDoc/EFES pour les sceaux byzantins : SigiDoc

 Martina Filosa (Université de Cologne) et Alessio Sopracasa (Université Paris-Sorbonne) présenteront, pour un projet de publication en ligne de collections de sceaux byzantins, SigiDoc et la plateforme EFES.

Affiche (pdf) : ArcheoNum-EpiTEI-affiche-light

Texte de présentation (pdf) : ArcheoNum-EpiDoc-SigiDoc-15mars2019

Cette séance du projet collectif ArScAn ArcheoNum est ouverte à toute personne intéressée.

Elle aura lieu le vendredi 15 mars de 10h à 13h (accueil café 9h30) à la MSH MAE, 2e étage, salle 211G.
Adresse : Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès. 21, allée de l’Université, Nanterre.
Transport : gare RER et SNCF : Nanterre Université

contact : anne-violaine.szabados@cnrs.fr
Ce billet est également disponible sur : 
https://archeonum.hypotheses.org/765

Séance organisée par Anne-Violaine Szabados (ArScAn)

Cite this article as: auteurarscanpc, "ArcheoNum : Les outils collaboratifs EpiDoc et SigiDoc, ou comment élever l’épigraphie et la sigillographie dans le Web de données grâce au standard TEI," in Les projets collectifs d'ArScAn, 13/03/2019, https://arscanpc.hypotheses.org/1010.

Colloque Archéo-Éthique – 25-26 mai 2018

Le Colloque Archéo-Éthique s’est tenu les 25 et 26 mai 2018 à l’auditorium de l’INHA.   Organisé par Béline Pasquini et Ségolène Vandevelde, doctorantes au sein du laboratoire ArScAn, et soutenu par quatorze institutions, il a rassemblé des chercheurs issus de différentes disciplines, provenant de plusieurs pays et de plusieurs régions de France afin d’échanger sur le large thème qu’est l’éthique en archéologie. Les 271 inscrits, provenant également de plusieurs régions de France, ont pu suivre le colloque en français et en anglais, grâce à une traduction simultanée.

Les vidéos des interventions du Colloque Archéo-Éthique sont désormais disponibles en ligne sur la chaine Youtube de l’Association Archéo-Éthique (en français et en anglais).

-> vous pouvez suivre nos actions sur Facebook et Twitter
-> et adhérez à l’association Archéo-Éthique pour soutenir nos projets

infographie bilan colloque archeo-ethique
(c) Claire Dupuis

Présentation du colloque

Qu’est-ce que l’éthique et en quoi les archéologues sont-ils concernés ?

L’éthique appliquée à l’archéologie est une façon de nous comporter vis à vis de notre objet d’étude, de nos pairs et des différents acteurs avec lesquels nous sommes amenés à interagir (hommes politiques, journalistes, populations voisines des sites, grand public). Une pratique professionnelle éthique requiert un questionnement réflexif, depuis l’élaboration des problématiques de recherche jusqu’à la publication et la médiatisation des résultats, en passant par le processus de fouille.

Les archéologues sont aujourd’hui confrontés à de nombreuses questions éthiques dans leur pratique quotidienne : contextes difficiles (dictature, guerre, pauvreté, territoires revendiqués), contraintes économiques, (dé)réglementations de l’archéologie et concurrence, archéologie funéraire, relation entre archéologues et populations autochtones ou locales, relation entre archéologues professionnels et archéologues amateurs, bonnes pratiques de publication, médiatisation des résultats, etc.

Il paraît essentiel de réfléchir sur notre profession, notre statut et notre position en tant que profession culturelle et scientifique dans le monde actuel. Les archéologues anglo-saxons semblent davantage sensibilisés à l’éthique mais leur approche est propre à leur histoire et ne peut être transposée telle quelle dans tous les pays. En effet, dans beaucoup de pays européens l’archéologie est marquée par des traditions nationales diverses, que ce soit dans les relations avec les communautés, la déréglementation ou encore le statut des religions. Ces trois points permettent de penser qu’il serait légitime de développer une approche spécifique de ces questionnements en France et en Europe, afin d’apporter une autre vision de l’éthique en archéologie. Ces deux journées de conférence et de discussions sont un premier pas ; elles visent tout d’abord à montrer l’importance de l’éthique en archéologie en présentant la variété des sujets à traiter et, d’autre part, à faire émerger de nouveaux questionnements et de nouvelles réponses parmi les chercheurs et les étudiants.

Ce colloque fera l’objet d’une publication dans un numéro spécial de la Revue canadienne de bioéthique.

Comité d’organisation

Béline Pasquini, doctorante en archéologie
Ségolène Vandevelde, doctorante en archéologie

Comité scientifique

​Pascal Butterlin, professeur d’archéologie
Xavier Delestre, conservateur général du patrimoine
Christian Gates-St-Pierre, professeur adjoint d’archéologie
Anne Lehoërff, professeur d’archéologie, vice-présidente du CNRA
Christophe Petit, professeur d’archéologie
Hara Procopiou, professeur d’archéologie
Boris Valentin, professeur d’archéologie
François Villeneuve, professeur d’archéologie, directeur de l’UMR 7041 ArScAn

Incendies. Présentation du projet

Équipes concernées :  Archéologies environnementales, GAMA, Mondes grecs archaïques et classiques, APB

Des journées d’étude portant sur les incendies comme fait accidentel ou de guerre, sur la propagation du feu et ses temporalités propres et sur les incendies d’origine naturelle, des journées de saisie pour l’alimentation d’une base de données et un colloque final (2022) poursuivront la collaboration lancée en 2015 pour mieux comprendre le phénomène et les traces observées dans les fouilles archéologiques. 

Tessonnier. Présentation du projet

Équipes concernées :  APOHR, GAMA, Asie centrale, ESPRI-LIMC, VEPMO

Parallèlement à la constitution de collections de référence et d’une plate-forme technologique dédiée à la céramique, ce programme « Tessonnier : outil d’interprétation chrono-typologique et sociétal » rassemble des séries issues d’un très vaste bassin de collecte, de la Gaule du Nord principalement au Levant et à l’Arabie et sur plusieurs millénaires du Néolithique au Moyen-Âge, pour d’une part appréhender les productions sur toute leur durée et les échanges dans toute leur ampleur, et d’autre part mettre en commun l’approche technologique, le classement formel, les protocoles d’analyses archéométriques et l’étude symbolique du décor. 

Argiles. Présentation du projet

Équipes concernées :  HAROC, APOHR, Asie centrale, VEPMO, Monde grec-protohistoire égéenne

Le programme fait dialoguer les nombreux chercheurs et équipes travaillant sur les produits usuels tirés de l’argile ou utilisant ce matériau — vaisselle et ustensiles, terres cuites, briques crues ou cuites, tablettes inscrites, etc. —, avec une forte composante d’étude pétrographique et technologique, et une dimension d’approche expérimentale — « les mains dans l’argile ». 

Identités partagées au voisinage de l’autre. Présentation du projet

Équipes concernées :  Monde grec-SI, Mondes grecs archaïques et classiques, Archéologies environnementales, APOHR, HAROC

Partant d’une problématique propre au monde grec antique, notamment « hellénistique », et à ses confins et voisins, le programme observe, par l’archéologie des techniques, l’iconographie et la stylistique, l’expression et la gestion, par chaque groupe, au contact de l’autre, aux marges de deux mondes (ou davantage), des formes diverses de son identité (religieuse, politique et culturelle). Par-là, il vise à dresser la typologie des diverses attitudes possibles – crispation identitaire ; emprunt à l’autre de son identité ; effacement de soi ; syncrétisme (avec ou sans connotation religieuse) – ; à en caractériser les mécanismes et à en mesurer l’évolution dans le temps long. 

Mobilité des personnes et des biens. Présentation du projet

Équipes concernées :  ESPRI-LIMC, GAMA, Monde grec-SI

Le projet élargit l’étude du thème de la mobilité humaine, initié et développé par les historiens de Paris 8, qui consiste en une approche transpériodique des pratiques de mobilité humaine (organisation des circulations ; réseaux, filières ; transferts techniques ; conditions matérielles), des représentations et de la culture de cette mobilité, à la compréhension de la diffusion des savoirs, des biens et des images. 

Représenter la performance. Présentation du projet

Équipes concernées :  THEMAM, ESPRI-LIMC

L’essor des performance studies au cours des dernières décennies a permis de renouveler l’étude des spectacles antiques, remettant notamment en cause le primat du texte. Il a conduit à explorer la dimension spectaculaire de nombreuses manifestations politiques, rituelles ou culturelles. Le développement récent des travaux sur les émotions et les perceptions des Anciens prolonge ces investigations en les faisant porter sur l’activité physique ou mentale des membres du public comme participants à la performance. Le programme contribue à cette réflexion en se penchant sur la représentation de la performance dans les textes et les arts figurés. On s’appuie sur tous les témoignages antiques en lien avec les performances poétiques, musicales, dramatiques, dansées, mais également rituelles et politiques. 

RED — Rouge ; Etude diachronique. Présentation du projet

Équipes concernées :  Ethnologie préhistorique, Asie centrale, HAROC, VEPMO

RED ambitionne de documenter l’attachement à la couleur rouge dans les productions symboliques du passé à l’actuel en engageant le dialogue avec des spécialistes de la couleur : scientifiques (sciences humaines et sciences dures), artistes contemporains, conservateurs et producteurs de couleur. La mobilisation croisée des compétences, des recherches et des créations des spécialistes de champs largement différents constitue l’un des principaux horizons susceptibles de faire progresser une réflexion autour de la couleur rouge et d’apporter une dynamique nouvelle dans la compréhension des productions symboliques artistiques du passé. 

Lieux et espaces funéraires. Présentation du projet

Équipes concernées :  THEMAM, Archéologies environnementales, GAMA, Monde grec-SI

Il s’agit d’aborder les logiques socio-spatiales des sites attribués aux défunts. L’examen des critères interprétatifs et des relations avec d’autres fonctionnalités, comme le sacré ou l’habitat, situées de façon plus ou moins proche dans l’espace ou dans le temps, vise à comparer les choix et les configurations en matière de localisation ou d’habitus. 

Achemenet. Présentation du projet

Équipes concernées :  HAROC, Asie centrale

La plateforme scientifique en ligne éponyme, créée par Pierre Briand et alimentée au Collège de France pendant deux décennies, est pilotée depuis ArScAn, après un bref passage au Louvre. Achemenet fournit, grâce à un réseau international qui en fait un programme leader au niveau mondial pour les études achéménides, des données abondantes et de première main — documents textuels, archéologiques et iconographiques — relatifs à l’empire achéménide. Le projet associe les intervenants, dans ArScAn et à l’extérieur, pour des journées consacrées au partage et au contrôle des données ainsi qu’aux initiatives nouvelles pour ce site web

Cultures et territoires de l’Arabie ancienne. Présentation du projet

Équipes concernées :  APOHR, HAROC, VEPMO

L’archéologie de l’Arabie de l’Est s’est développée régulièrement depuis les années 1950. Celle de l’Arabie du Sud-Ouest a fleuri de 1970 à 2010. Avec l’apparition presque soudaine des recherches de terrain en Arabie Saoudite il y a dix ans puis son essor exceptionnel, il devient permis de jalonner la connaissance du peuplement de la péninsule arabique dans sa globalité, notamment au Ier millénaire av. J.-C. et au Ier millénaire apr. J.-C. ArScAn, au cœur d’une dizaine de programmes de terrain majeurs dans toutes les zones de l’Arabie et sur des îles de mer Rouge et du Golfe, travaille grâce à ce programme à l’établissement d’une chronologie générale et sur les courants d’échange et les grandes tendances du peuplement.