Projet collectif « Argiles »

Xavier FAIVRE

Equipes participantes (état actuel) : HAROC (Barbara CHITI, Philippe CLANCIER, Xavier FAIVRE, Cécile MICHEL), APOHR (Mathilde GELIN), Protohistoire égéenne (Sarah GEORGEL, Françoise ROUGEMONT, ALEXANDRE PINTO, Maïa POMADÈRE, Bastien RUEFF), Asie Centrale (Armance DUPONT-DELALEUF), VEPMO (Jean-Jacques HERR, Mathilde JEAN, Martin SAUVAGE), ESPRI-LIMC (Pascale BALLET), IFAO (Sylvie MARCHAND), Trajectoires (Pauline DEBELS), Université Lumière-Lyon II (Nina PARISOT)

Mots clés (version réduite) : matériau, chaîne opératoire, usages

Mots clés (version développée) : architecture, artefacts, artisanat, chaîne opératoire, couleur, décor, état, empreinte, expérimentation, géologie, géomorphologie, maçon, matériau, médecine, mythologie, potier, pratique, rituel, techniques, technologie, terre (à bâtir), texte, usages

Objet
L’argile, terme générique qui recouvre toutes sortes de terres argileuses, est le matériau le plus répandu sur terre, et aussi le moins coûteux. Cela explique que, depuis des temps immémoriaux, et dans des contextes géographiques variés, il a été utilisé comme matériau de base pour les réalisations les plus diverses, selon ses différents états : architecture, artefacts (statuaire ou figurines, récipients, support de l’écriture, etc.). On y retrouve, sous forme d’empreintes, les traces de la vie humaine, animale, végétale ou du contexte minéral dans lequel il a été créé. L’ingéniosité humaine a tiré, au mieux, partie de cette matière polymorphe en développant des technologies adaptées à ses réalisations, d’où se dégage une chaîne opératoire complexe que l’on peut suivre à travers l’étude des vestiges archéologiques, la comparaison ethnographique, ou encore les textes. Ces derniers élèvent l’usage de l’argile, par métaphore, aux différentes mythologies de la création de l’humanité, ou la ramènent à des usages plus pratiques, comme le métier du potier ou la médecine…
Ces différents aspects offrent un spectre très élargi de la manière d’aborder ce matériau, sous ses différents états, types, usages et les multiples besoins qu’il permet à l’homme de résoudre, dans son environnement, géographiquement et chronologiquement. Le simple titre « Argiles », dont le pluriel sous-entend toute la diversité, pourrait résumer la démarche. C’est pourquoi ce projet collectif ne veut s’imposer aucune limite de thème et de forme, et garder la souplesse, la malléabilité, la spontanéité qui convient à ce matériau : au-delà du socle des connaissances géologiques et géomorphologiques, fondamental pour caractériser celui-ci, l’architecture, l’artisanat, la technologie et la chaîne opératoire, les mythologies, l’étude des textes en relation avec l’argile entrent dans ce cadre. Celui-ci peut encore s’élargir selon les propositions, sans toutefois mordre sur des aspects purement céramologiques qui relèvent d’autres préoccupations. Une dimension expérimentale est envisagée qui pourrait s’intituler « les mains dans l’argile », intégrant des spécialistes du matériau, maçons, potiers, artisans, mais aussi les participants avec leur expérience propre, ce qui nourrirait utilement une réflexion ethno-archéologique.
Plusieurs axes pourraient structurer ce programme, tout en gardant comme fil directeur la chaîne opératoire, du filon au produit fini :
– formation, structure et caractérisation du matériau
– architecture
– artefacts
– textes
Une finalité : définir les constantes, spécificités, convergences techniques et culturelles liées au travail de l’argile.

Réalisations
Programme sur 4 ans. Une option souple de journées d’études et d’expérimentations autour du matériau est privilégiée. Une table-ronde peut clore le projet suivi de la publication des communications (à définir avec les participants).

2018 : prise de contacts avec des terrains d’expérimentation ou praticiens – journée(s) d’étude et groupes de réflexion
2019 : journée(s) d’étude – expérimentations
2020 : table ronde – expérimentations
2021-2022 : publication des actes des rencontres

« ARGILES »

Annexe 1 : mots clés détaillés

architecture (constructions domestiques, religieuses, palatiales, silos, structures de stockage, fours, etc…).
artefacts (récipients, terra cotta, figurines, réalisations diverses ; support de l’écrit, réemploi, recyclage [voir aussi ‘matérialité des textes’…).
artisanat (art du potier, du maçon).
chaîne opératoire (du choix au produit fini ; terre à bâtir ; terre à modeler ; étapes et comparaisons ; différences géographiques et chronologiques).
couleur (argile et peinture, minéraux ; traitements de surface, engobe, émail et vernis ; choix esthétiques).
décor (céramique, architectural).
empreinte : la lecture de l’instantané (végétales, organiques, animales, humaines, corporelles…).
état (du liquide au sec ; du cru au cuit).
expérimentation (briques, techniques de façonnage…).
géologie (formation, structure, différents types).
géomorphologie (des paysages de l’argile à la toponymie).
matériau (composition ; avantages / désaventages de l’argile / maîtrise ; ajouts à l’argile pour la fabrication de « matériaux artificiels » : la terre à bâtir, les argiles siliceuses, etc.).
médecine (antique ou médiévale usage médicinal de l’argile, géophagie, soins par l’argile, cataplasmes, etc.).
mythologie (rôle de l’argile dans la création de l’homme, mythologies comparées)
pratiques et praticiens de l’argile (potiers, potières, « scribes d’argile », maçons, statut social, état, sexe, etc.).
rituels liés à l’argile ou avec de l’argile, faits dans la fosse d’argile, la consécration des lieux d’approvisionnement, les « lieux purs ».
techniques (de construction).
technologie (de l’argile avant cuisson).
« terre à bâtir ».
textes (teneur ; vocabulaire lié à l’argile, traités sur le travail de l’argile, comment est écrite/transcrite, ou comment on y retrouve la chaîne opératoire ? comment parle-t-on du potier ? Expressions et métaphores liées à l’argile).
textes (matérialité des [voir aussi artefacts]) ; support de textes (cunéiformes, égéens, autres) ; types de textes ; réemploi, recyclage….
usages (emplois, utilisations, réutilisations).

« ARGILES »

Annexe 2 : Grands axes et problématiques

MATÉRIAU (FORMATION, STRUCTURE ET CARACTÉRISATION)
choix de la terre par les anciens bâtisseurs et les anciens artisans.
empreintes : la lecture de l’instantané (végétales, organiques, animales, humaines…).
géologie (formation, structure, types).
géomorphologie (des paysages d’argile à la toponymie).
matériau (composition ; avantages / inconvénients de l’argile : propriétés exploitées dans la construction et le modelage ; faiblesses des argiles ; différents états (du liquide au sec) ; passage du cru au cuit ; ajouts à l’argile pour la fabrication de « matériaux artificiels » : la terre à bâtir, les argiles siliceuses, etc.

ARCHITECTURE
archéologie expérimentale : apports à la connaissance de l’économie de chantier.
l’archéologue face à l’architecture en terre crue : percevoir, fouiller, etc…
chaîne opératoire : transformation de la terre naturelle en « terre à bâtir » pour la construction en terre crue ; différences régionales et chronologiques ? (cas particulier : transformation de la terre naturelle pour la construction en terre cuite).
fabrication des briques crues, comptage.
finitions et décors.
processus de destruction.
responsabilité de l’archéologue : préserver les édifices qu’il a dégagés ; choix de la terre pour les préservations (analyses géo-physiques, choix empiriques) ; apports à la recherche scientifique.
techniques de construction.
types de bâtiments : tous sont représentés.

ARTEFACTS
artisanat (art du potier, du maçon).
artefacts (terra cotta, céramique, réalisations diverses, textes (matérialité des) : support de • chaîne opératoire ; transformation de la terre naturelle en « terre à modeler » ; différences régionales et chronologiques ?
couleur (choix esthétiques, la peinture et l’argile, minéraux).
textes (support des textes cunéiformes, égéens, ou autres, réemploi, recyclage…).
traitements de surface et engobes (y compris émail et vernis).

TEXTES
médecine antique ou médiévale (usage médicinal de l’argile, géophagie, les soins par l’argile, cataplasmes, etc.).
mythologies (rôle de l’argile dans la création de l’homme, mythologies comparées).
pratiques et praticiens de l’argile (potiers, potières, « scribes d’argile », maçons, statut social, état, sexe, etc.).
rituels liés à l’argile ou avec de l’argile, faits dans la fosse d’argile, la consécration des lieux d’approvisionnement, les « lieux purs ».
techniques, technologie de l’argile avant cuisson.
textes (teneur des) : vocabulaire lié à l’argile, traités sur le travail de l’argile, comment est écrite/transcrite, ou comment on y retrouve la chaîne opératoire ? Quels types de textes ? Comment parle-t-on du potier ? Les textes confrontés à la réalité du terrain (Vitruve ; autres auteurs, à propos des murailles d’Alexandrie Eschatè).

Voir aussi les articles :

• Projet collectif « Argiles » : annuaire des participants

• Journée d’étude : « Formation, structure, caractérisation, définitions d’un matériau »

• Journée d’étude : « Des altérations à l’utilisation des céramiques »

• Atelier « Retour d’expérimentation »

• Journée d’étude / atelier : Retour d’expérimentation 2 – « Reproduire dans l’argile : Reconstitution, protocole, expérimentation »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.