Projet collectif « Argiles » : annuaire des participants

Annuaire des participants

Le projet collectif « Argiles » de l’UMR 7041 – ArScAn a pris corps en 2018 en vue du quinquennal 2019-2023. Cet annuaire expose, sous la forme de résumés, l’implication des principaux participants dans différentes utilisations des argiles et terres argileuses , dans la construction, les vestiges en terre crue, les artefacts et la céramique, les textes sur tablettes d’argile, dans le vocabulaire lié à ce matériau et dans la matérialité du support. 

La construction

Martin SAUVAGE (Ingénieur de recherches en archéologie au CNRS (USR 3225, Maison Archéologie Ethnologie, Nanterre et UMR 7041 ArScAn – VEPMO) – Martin.SAUVAGE@cnrs.fr
Depuis 2017, Directeur (pour la partie française) de la mission libano-française d’Ardé (Liban)

À la suite de ma thèse de doctorat, consacrée à la brique et à sa mise en œuvre en Mésopotamie aux époques préclassiques, j’ai souhaité approfondir l’étude des matériaux et des techniques de construction au Proche-Orient ancien dans une optique pluridisciplinaire en confrontant les données ethnographiques, archéologiques, iconographiques et épigraphiques. L’architecture mésopotamienne est principalement une architecture de terre utilisant majoritairement la brique d’argile séchée au soleil et, accessoirement, la brique cuite au four. Mais on note également, surtout pour les périodes les plus anciennes, de nombreuses autres utilisations de la terre pour la construction : enduits de clayonnages, hourdis de colombages, terre massive sous forme de bauge ou de pisé, etc. L’argile est également abondamment utilisée dans la construction pour la confection de sols, d’enduits, de couvertures et de toutes sortes d’aménagements immobiliers tels que fours, banquettes, coffres et silos.
Dans le cadre du projet Argiles, je souscris entièrement à la finalité annoncée : définir les constantes, spécificités, convergences techniques et culturelles liées au travail de l’argile et y ajouterais, dans le cadre de ce projet, l’intérêt d’une approche transversale entre la construction, la céramique, les artefacts et tablettes.
J’aimerais voir abordés dans ce projet les thèmes suivants (liste non exhaustive) pour lesquels je pourrais apporter le point de vue de la construction (terme que je préfère dans ce cadre à celui d’architecture) :
– définition du matériau : terre/argile/terre à bâtir/terre à modeler/terre à cuire et étude des terminologies anciennes et modernes, en particulier dans le rapport qu’entretiennent matériau et technique de mise en œuvre ;
– comparaison des chaînes opératoires dans une approche transversale : prépare-t-on et travaille-t-on l’argile de la même façon pour la construction, la poterie ou la confection d’artefacts (y compris de tablettes ?) ;
– notion et définition de cultures techniques en matière d’utilisation de l’argile ;
– comparaison transversale (notamment entre construction et poterie ou artefacts) des problématiques liées à la cuisson : terre crue/cuite, émail et matériaux artificiels (étude des phénomènes de convergence technique) ;
– comparaison des chaînes opératoires liées au décor : gravé, sculpté, moulé ;
– organisation du travail de l’argile, statut des travailleurs (et, accessoirement, répartition du travail entre hommes et femmes) : données archéologiques, ethnographiques et épigraphiques ;
– importance symbolique de l’argile : créations divines à partir de l’argile, notions de purification, enrichissement rituel de l’argile.

Mathilde GELIN (Chargée de recherche CNRS (ArScAn – APOHR) – Mathilde.GELIN@cnrs.fr
Mathilde GELIN est spécialiste l’archéologie de la terre, notamment au cours de ses missions à Doura Europos (Syrie), ce qui représente un double défit difficile qui repose sur :

1) La connaissance de l’architecture : la terre, au même titre que la pierre, fait partie de l’architecture du site (sachant, par exemple, que Palmyre est bâtie à 80% en terre). Elle participe à l’histoire des bâtiments, des quartiers, de la ville.
2) L’Archéologie expérimentale :
a. Qui contribue à la connaissance du chantier archéologique,
b. A la préservation du bâti et du site,
c. A l’information sur les techniques de construction,
d. Exige un protocole rigoureux,
e. Renseigne sur le matériau en lui-même, sur ses propriétés chimiques, sur la fabrication des murs,
f. Sur le matériau en lui-même, sur le choix qui en est fait, par les constructeurs anciens (pour une bonne sélection, il suffit de la goûter ; salée, acide ou amère, elle est à rejeter) ; mais ce peut être n’importe quelle terre, on trouve de tout dans les briques,
g. Met en relief la vitesse d’une construction de l’urgence (J.-Cl. Bessac)
h. A permis de mettre en place des matériaux stabilisés
Tout ceci donne une vue complète de la construction sur le site.
L’activité de formation
Mathilde est également formatrice sur le matériau. Elle assure la formation d’architectes, de directeurs des antiquités, de l’Antenne de Chaillot, de membres du service des antiquités de l’Irak.

Une cellule expérimentale sur l’archéologie de la terre est basée à Grenoble.

Les vestiges en terre crue

Nina PARISOT (Doctorante Université Lumière Lyon 2 – Archéologue Spécialiste des vestiges en terre crue) – nina_parisot@yahoo.fr

Sujet de recherche : Approche pluridisciplinaire sur les contenants en terre crue autour du bassin méditerranéen (10 000 – 1 000 BC)

Résumé : Connus dès le Néolithique pré-céramique au Proche-Orient, les contenants en terre crue sont attestés sur l’ensemble du bassin méditerranéen. Au cours des dernières décennies, les fouilles archéologiques ont mis au jour des séries de contenants en terre crue identifiés sur des sites néolithiques et de l’âge du Bronze en France méridionale et en Espagne. Nos connaissances actuelles de ces vestiges sont lacunaires et nécessitent un travail approfondi. Un bilan des exemplaires découverts sur cette aire géographique permettra de documenter la diversité typologique, les techniques employées et les fonctions de ces contenants. La mise en place d’un référentiel expérimental et ethnoarchéologique est essentielle afin de rendre compte de la pertinence des données issues de l’étude archéologique. Cette approche pluridisciplinaire contribue à enrichir nos connaissances sur les sociétés agro- pastorales autour du bassin méditerranéen du X ͤ au I ͤ ͬ millénaire avant J.-C. (cf. doc. détaillé).

Les artefacts et la céramique

Mathilde JEAN (Doctorante – Archéologie du Proche-Orient – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR 7041 ArScAn – VEPMO) – mathildejean@outlook.fr

Sujet de recherche : technologie et pétrographie céramique, étude d’assemblages du Bronze Ancien (IIIe millénaire) au Levant nord – Liban nord et Syrie occidentale. Approche à diverses échelles, de la macroscopie à la microscopie (lames minces) et géochimie. L’objectif étant d’utiliser ces données pétrographiques pour les combiner aux données archéologiques, chrono-stratigraphiques, fonctionnelles, technologiques, stylistiques pour accéder à une compréhension fine des variations observées au sein d’un assemblage céramique conséquent (plusieurs milliers de pièces). Dans un second temps, le travail consiste à identifier les échanges régionaux : à la fois échanges de biens, mais aussi de modèles ou de styles (imitations locales de produits exogènes, par exemple).

Intérêt pour le projet collectif :
− S’interroger sur la définition du matériau ‘argile’ et son usage en archéologie : confrontation des différentes définitions (minéralogique, granulométrique, archéologique…) ;
− Comparer les usages du matériau : en architecture, en céramique, en épigraphie ou autre ;
− Comparer les traitements préalables du matériau pour en modifier les propriétés et donc les usages (décantation, ajouts de dégraissants…) ;
− Echanger sur les méthodologies d’investigation de l’argile : quelles problématiques cibler en priorité (s’il y en a), quels protocoles adopter ?

Bastien RUEFF (Doctorant en Protohistoire égéenne à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) bastien.rueff@gmail.com
Pauline DEBELS (Doctorante en Protohistoire européenne ) paulinedebels@hotmail.com

Du contenu aux usages des récipients en céramique. Les approches fonctionnelles.
Dans le cadre des projets quinquennaux ARGILES et Tessonnier oriental, portés par le laboratoire ArScAn (UMR 7041), nous souhaitons organiser une journée d’étude sur la fonction, le contenu et les usages des récipients en céramique durant la Protohistoire et l’Antiquité. Cette journée d’étude, qui sera établie sur le mode de l’échange entre chercheurs issus de différentes spécialités (céramologues, ethnoarchéologues, tracéologues, chimistes, etc.), consistera à présenter les outils méthodologiques et les résultats attendus des approches fonctionnelles appliquées aux vases en terre cuite. Après discussion avec les membres des collectifs ARGILES et Tessonnier oriental, nous prévoyons de réaliser cette journée d’étude vers la fin de l’année 2018 ou au début de l’année 2019. Nous envisageons pour cette journée deux sessions, l’une portant sur le cadre général des approches fonctionnelles (méthodes d’acquisition des données, résultats et apports au contexte socio-culturel ainsi qu’aux activités des périodes étudiées), l’autre, en lien direct avec nos sujets de thèses respectifs, sur l’analyse des traces de chauffe conservées sur les récipients en céramique. Pour chacune de ces sessions, études de cas et panoramas de la recherche seront les bienvenus.

Sylvie MARCHAND (Ingénieur de recherche au CNRS – Ifao) – smarchand@ifao.egnet.net
Depuis 1994, responsable du laboratoire de céramologie de l’Institut français d’archéologie orientale (IFAO, Le Caire, Égypte). Éditeur du Bulletin de liaison de la céramique égyptienne (Le Caire) et responsable de la collection des Cahiers de la céramique égyptienne (Le Caire).

Sylvie Marchand assume la responsabilité du laboratoire de céramologie et la coordination des travaux liés au mobilier céramique provenant des chantiers archéologiques sur lesquels elle intervient jusqu’à la publication. Lors de missions tout au long de l’année, couvrant une durée globale de six mois, son champ d’opération est vaste, tant sur le plan géographique, que chronologique, et couvre la presque totalité du territoire égyptien. Elle a fait évoluer très tôt le laboratoire de céramologie dans le sens d’une plus grande ouverture vers d’autres institutions de recherche françaises et étrangères. Elle intervient depuis 1986 sur la plupart des terrains, ce qui favorise une connaissance solide du mobilier céramique dans des contextes archéologiques variés. Elle a accentué le caractère diachronique de ses recherches sur les céramiques d’Égypte et plus particulièrement égyptiennes pour répondre à l’une des spécificités de l’étude du mobilier céramique des sites archéologiques égyptiens qui s’inscrivent fréquemment dans des séquences chronologiques fort longues. Elle rend aussi possible une analyse transversale du mobilier céramique en contexte archéologique, de ses innovations technologiques et culturelles, qui prend sa place dans une histoire de la culture matérielle égyptienne et une mise en perspective de ses spécificités régionales. Aller du matériel archéologique à l’histoire, c’est tout le sens de ses recherches et de ses publications qui mettent en évidence la nécessité d’une approche pluridisciplinaire.
C’est donc à plus d’un titre qu’elle est engagée dans de nombreuses activités de recherche, de formation, de valorisation de la recherche et d’édition : contribution à un projet européen sur les conteneurs à vin égyptiens (dirigé par un chercheur de l’université de Barcelone), participation à des colloques internationaux concernant la céramique égyptienne, celle du monde oriental et méditerranéen ; organisation de colloques à l’Ifao ou en partenariat avec des institutions étrangères. Elle édite le seul périodique existant sur la céramique égyptienne de l’Antiquité à l’époque médiévale (BCE, parution annuelle).
Enfin elle a franchi une étape supplémentaire dans l’animation de la recherche, avec la création d’un groupe de recherche pluridisciplinaire intitulé « Amphores d’Égypte. De la Basse Époque à l’époque médiévale », ou encore la mise sur pied de nouveaux programmes quinquennaux de l’Ifao axés sur la céramique égyptienne du Néolithique à l’époque médiévale dont est notamment sorti un Atlas de la céramique égytienne.
Son expérience des années acquises au contact d’un grand nombre de projets archéologiques et scientifiques, depuis plus de 20 ans, apporte au projet collectif « Argiles » une vision diachronique, pluridisciplinaire et transversale de l’utilisation de l’argile, très fructueuse et fortifiante, partagée par l’ensemble des participants.
Ainsi ses thèmes de recherches et points de discussions transversales proposées concernant la fonction alimentaire de vases impliqués dans la contenance du vin (« Amphores d’Égypte ») ou la fabrication du pain (« les moules à pain et les plaques de cuisson ») [thème proposé à la discussion] entrent pleinement dans la démarche.
Sa collaboration actuelle avec un géologue fait qu’elle pourrait intervenir dans une première journée du thème consacrée à la définition et à la caractérisation de l’argile.
L’année 2018/2019 verra la création d’une céramothèque (céramiques d’Égypte de l’Ancien Empire à l’époque médiévale) à l’IFAO ! Grâce à l’obtention d’un grand espace supplémentaire dans l’institut. La mise en place est prévue courant 2018 et 2019. Cet espace sera ouvert au public (étudiant/formation mais aussi aux collègues qui s’intéressent aux productions égyptiennes !) et comprendra une bibliothèque spécialisée sur la céramique égyptienne (de la fin du Néolithique au début de l’époque moderne) et un petit musée sur la céramique contemporaine égyptienne. L’étude des matériaux, la reconnaissance et la caractérisation des productions égyptiennes est bien évidemment un axe fort de la céramothèque et se développe. Elle porte sur le « choix » des tessons présentés dans la céramothèque, par région, par sites archéologiques et ordonnés par productions, par formes et suivant la chronologie.

Armance DUPONT-DELALEUF (post-doctorante – ArScAn – Asie centrale) – armancedd@gmail.com
armance.dupont-delaleuf@mae.u-paris10.fr

Mise en place d’un Projet ERC d’expérimentation des techniques céramiques en plusieurs axes :
A. Les sources (Work-Package 1)
• Archéologiques (traces technologiques sur les restes de pots ; ateliers publiés ; représentations anciennes d’artisanats).
• Ethnographiques (images et vidéo ethnographiques ; données publiées).
B. Les vestiges de pots (classification des traces techniques de façonnage sur les restes de pots ; finition/décor ; mise en œuvre d’une base de données) ; connexion traces / geste, reconstitution de la chaîne opératoire) ; et autres vestiges et ethnographie (documentation de la diversité des gestes ; potiers français et traditionnels ; documentation des positions (potiers contemporains et représentations anciennes) ; outils ; environnement spatial).
C. L’espace (d’après les représentations anciennes et ateliers contemporains ; nature des vestiges (périssables ou non ; diffusion/concentration).
D. L’expérimentation
Matériel, outils, gestes, cognitive.
Etapes du façonnage ; opérations ; décors.
F. Une perspective cognitive
Activité du cerveau selon la technique utilisée et le niveau d’expertise.
Déchiffer les gestes comme réponses à différentes sortes de stimuli.
Niveaux de contraites mécaniques et physiques.
Choix du potier et stratégies.
Niveau d’expertise, sorte de compétences, stratégies d’apprentissage.
F. Une perspective du geste
Documentation du geste détaillée et spécialisée.
Modélisation 3D du squelette.
Déchiffrement du geste selon la structure du squelette, l’ergonomie de soutils selon les besoins et contraintes anatomiques.
G. Des perspectives matérielles
Mécanisme de la genèse et la modification des traces techniques tout au long de la chaîne opératoire.
Documentation macroscopique et microscopique.

Xavier FAIVRE (Ingénieur de recherche en archéologie, CNRS, UMR 7041 – ArScAn, Nanterre) – xavier.faivre@cnrs.fr
Archéologue et céramologue du Proche-Orient (Syrie, Liban)
L’idée de proposer un projet collectif « Argiles » est liée à la cohérence d’un parcours défini autour de l’argile, sous différentes formes : la construction, une majorité d’artefacts parmi lesquels la céramique, lors de différentes fouilles au Proche-Orient, les tablettes cunéiformes, dans une collaboration quotidinne avec les épigraphistes de son équipe (Histoire et archéologie de l’Orient cunéiforme (ArScAn-HAROC). Son expérience repose sur une pratique ancienne du matériau : modelage, moulage (au plâtre d’artefacts / au silicone de tablettes cunéiformes), travail sur différents aspects de l’utilisation du matériau cru et cuit, dans une optique pluridisciplinaire (archéologie, textes, iconographie et ethnographie) :
• l’étude de différents assemblages céramiques, dans différentes régions du Proche-Orient (Syrie, Turquie, Liban), et dans différents contextes (prospections, fouilles stratigraphiques), a nourri des problématiques très diverses au sein de programmes sur la culture matérielle et l’art du potier, faisant apparaître différents aspects de l’étude d’un même matériau :
• technologie, typologie, tracéologie (étude des pâtes et formes, observation des traces qui fixent un geste ou un contact passager : façonnage, frottage, empreintes corporelles, traces d’usage, de feu, de résidus, contact avec un autre matériau, etc.) ;
• fonctions des récipients dans l’alimentation (adéquation des pâtes et formes à des fonctions particulières, résidus ; étude du cas des vases à bière );
• mesures de capacités et phénomènes de standardisation ;
• coutumes funéraires (matériel de tombes contruites ; comparaison de deux assemblages d’urnes cinéraires) ;
• vases zoomorphes (à la fois figurines et récipients; notamment à travers le cas des pig pots).
• l’argile et les récipients d’argiles dans les textes cunéiformes.
Ces différents axes ont mis en évidence différents procédés de façonnage de l’argile (colombin, modelage, tournage, estampillage…), mais aussi l’utilisation d’outils, des plus simples (estèques, lames, poinçons, mirettes, tournassins…) aux plus complexes (outils rotatifs, tournettes, tours), le cadre d’ateliers, des procédés de cuissons (fours) d’où ressort toute la chaîne opératoire du travail de l’argile, et derrière ces pratiques et artefacts, un artisan, le potier.

• Argile et tablettes cunéiformes :
Différents maillons de la chaîne opératoire liée à ce matériau apparaissent par le biais des textes cunéiformes, dans leur teneur, d’une part, et dans leur matérialité, en tant que support de l’écriture, d’autre part.
• teneur : la recherche lexicographique met en évidence, d’un côté des termes propres aux différents états de ce matériau polymorphe qu’est l’argile, du plus fruste au plus sophistiqué (fosse, motte, pâton, tablette pour l’écriture, fours et récipients…), de l’autre des termes propres au travail du potier et à sa production (pratique ou métaphorique).
• matérialité : artefacts parmi d’autre, la confection des tablettes implique différentes étapes : le choix du matériau, sa préparation, son façonnage (selon certaines normes, formats propres au type de texte), sa réutilisation à l’état humide (tablettes scolaires), sa mise au rebus, son recyclage (par exemple dans l’architecture).
De textes cunéiformes, dispersés dans le temps et l’espace, se dégage donc une chaîne opératoire de l’argile qui peut être connectée aux pratiques encore utilisées par les potiers traditionnels, dans différentes régions du monde. Certains (listes lexicales, par ex.) montrent que les Mésopotamiens pensaient déjà l’argile de façon transverse.

Enfin tous ces éléments réunis suggèrent deux axes majeurs :
– 1) l’argile peut être traitée de façon pluridisciplinaire et transversale. Le cadre chrono-culturel et géographique de l’UMR (de la Préhistoire à l’actuel, sur tous les continents) s’y prête particulièrement bien ; ce qui permet d’appréhender les constantes, spécificités, convergences techniques et culturelles, les différences, les évolutions dans l’utilisation et le traitement d’un même matériau ; enfin de confronter le traitement de la chaîne opératoire dans les différents types de réalisations.
– 2) la dimension pratique, technique, observée sur le matériau ne peut se passer d’une démarche expérimentale.

En conclusion : Certains thèmes me tiennent particulièrement à cœur dans le projet « Argiles » :
* Définition, caractérisation du matériau (géologie, minéralogie, géomorphologie) peut-être confrontée la ou les définitions des Mésopotamiens
* Chaîne opératoire, de la sélection du matériau au produit fini : la céramique, les tablettes cunéiformes
* L’artisanat, les ateliers, les outils, les gestes de potier, les traces techniques, les empreintes (humaines, végétales, textiles).
* L’apport des textes (teneur et matérialité)
* Les mythologies (rôle symbolique de l’argile dans la création de l’homme, mythologies comparées, Mésopotamie, Egypte…).
* La démarche expérimentale et pratique
o reproduction des techniques de façonnage, tournage, cuisson, gestes du potier.
o l’outil rotatif : reconstitution de tournette.
o confection des tablettes cunéiformes : choix du matériau, mise en forme, cœur, modelage, formats.

La matérialité des textes sur argile

Cécile MICHEL (Directrice de recherche au CNRS, UMR 7041 ARScAn – HAROC) – cecile.michel@mae.cnrs

Epigraphiste, spécialiste des textes paléo-assyriens, Elle est notamment chargée du Déchiffrement, de la collation et de l’édition des archives privées des marchands de Kültepe/Kanish (2000-1750 av. J.-C.) ;
De part plusieurs de ses thèmes de recherche, elle entre dans la démarche du projet collectif « Argiles » :
• la Vie quotidienne et à la culture matérielle en Mésopotamie : textiles, alimentation, minéraux, métaux, faune, architecture…
• Apprentissage et pratique de l’écriture et du calcul. Lettrés et illétrés. Histoire des sciences (mathématiques) et des techniques.
• La matérialité des textes: diplomatique des tablettes, manuscrits et inscriptions, paléographie et épigraphie.
Dans ce cadre, elle accorde une attention particulière au support de l’écriture en tant qu’artefact et a réalisé de nombreuses copies de textes sur argile. Cécile MICHEL s’intéresse notamment aux enveloppes d’argile dans lesquelles les tablettes cunéiformes étaient placées pour certifier le texte.
A partir de l’étude minutieuse d’enveloppes et de fragments d’enveloppes, elle a entrepris une démarche expérimentale en reconstituant leur mode de fabrication.
A Hambourg, elle développe un projet avec des physiciens pour mettre en place une procédure utilisant un scanner tomographique pour numériser les tablettes dans leurs enveloppes. Ce système vise à permettre la lecture du texte de tablettes enfermées dans leur enveloppe.
Dans le cadre du projet « Argiles » sa participation est fondamentale, car c’est elle qui a initié ce thème de la matérialité des textes cunéiformes à travers leur support argileux. Ce thème est enfin cohérent avec le thème de la confection, de la réutilisation et le recyclage des tablettes d’argiles et avec la confection de tablettes égéennes.

Xavier FAIVRE (Ingénieur de recherche en archéologie, CNRS, UMR 7041 – ArScAn, Nanterre) – xavier.faivre@mae.cnrs.fr
Voir ci-dessus, titre 2.

Françoise ROUGEMONT (Chargée de recherche au CNRS ArScAn – protohistoire égéenne) – francoise.rougemont@mae.u-paris10.fr

Epigraphie et archéologie mycénienne, philologie classique, histoire et économique et histoire des techniques

Intéressée par la démarche expérimentale de la confection de tablettes d’argile en linéaire B.

***

D’autres personnes se sont montrées intéressées par le projet « Argiles », travaillant sur la construction, différents artefacts et sont susceptibles de le rejoindre.

Voir aussi les articles :

• Projet collectif « Argiles »

• Journée d’étude : « Formation structure, caractérisation, définitions d’un matériau »

• Journée d’étude : « Des altérations à l’utilisation des céramiques »

• Atelier « Retour d’expérimentation »

• Journée d’étude / atelier : Retour d’expérimentation 2 – « Reproduire dans l’argile : Reconstitution, protocole, expérimentation »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.