3e journée d’étude PRENDRE LA ROUTE. Mobilités et Pratiques rituelles (Paris 8 / Paris 10 / ArScAn)

Jeudi 3 octobre 2019

MAE, salle 211 G

14h. Introduction Pascale Ballet et Claudia Moatti

14h-14h50 : Sandra Blakely (Emory University, Atlanta, USA) : Maritime promises and mystic fulfillment: from cognitive to operative in the mysteries of Samothrace.

The mystery cult of the Great Gods of Samothrace positioned maritime mobility at the intersection of myth, ritual practice, and civic institutions.  The cult offered safety in travel at sea as the benefit for initiation, a promise reflected in textual and monumental evidence that reaches from the fifth century BC through the Roman era.  Models drawn from political and spiritual ecologies, rooted in the work of Roy Rappaport, encourage the hypothesis that this promise was realized. The island’s epigraphic record provides a route for testing the hypothesis: it preserves the names of some 800 theoroi and proxenoi along with the cities they represented at the island’s festivals.  Additional inscriptions confirm an association with the maritime benefits which inspired scholars since Weber to characterize proxenia as an enabler of maritime mobility.  Social network analysis, combined with GIS technologies, allows us to construct from these data a geographically realized map of the webwork of communication, collaboration and non-aggression enabled by engagement with the island’s rituals. These analyses rely on synthesizing the numerous face to face interactions, far from the island itself, in which these promises translated into patterns of mobility.  The numerical data alone, however, fall short of the analytical potential.  Proxenia was both a reward of past behavior and an obligation for future cooperation: it represents a moral network, best gauged by integrating qualitative data – including mythic, emotional, and ritual dynamics – into quantitative analysis.   Models for this integration arise in the archaeologies of coalition and consensus which inform case studies from southeast Asia to the American southwest.  Brought to Samothrace, these yield a more nuanced model for dominant modes in the island’s network, one which suggests the potential for some centers to prefer the mythic to the civic deployment, and offers insight into the flexibility which underwrote the longevity of proxenia as well as the operational realization of the ritual’s promised mobilities. 

Discussion

Pause

16-16h50 : Laurent Bricault (Toulouse): Sous le regard d’Isis : des hommes à la mer.

Puissance divine personnifiant en Égypte le trône royal, directement associée au pouvoir, Isis n’était en rien prédestinée à régner un jour sur la Méditerranée, protégeant les navires, les marchandises et les hommes liés au monde maritime. Pourtant, le contexte politique de la légitimation des premiers Ptolémées, nouveaux maîtres grecs de l’Égypte, engendre, vers 270 av. J.-C., la diffusion quasi épidémique du culte de la déesse dans les cités littorales du bassin oriental de la Méditerranée, avant de le voir gagner les rives occidentales de la grande mer. Les quais de Pouzzoles et bientôt ceux d’Ostie, après Corinthe ou Délos, voient s’élever des temples à sa gloire. Ex-voto, rituels et cérémonies en l’honneur d’Isis vont dès lors rythmer, des siècles durant, la vie des gens de mer circulant sur Mare nostrum. Au VIe siècle apr. J.-C., longtemps après les édits de Théodose condamnant le polythéisme, on célèbre encore ici et là, le 5 mars, l’ouverture de la navigation par une grande fête placée sous ses auspices, qui porte toujours son nom : le Navigium Isidis.

Discussion

17h30-18h15 : Gabriela Pironti (EPHE) : Face à la mer et au milieu des vagues: l’Aphrodite maritime entre représentations et cultes

L’analyse du polythéisme a beaucoup à nous apprendre sur la manière dont les Grecs anciens envisageaient la mobilité maritime sous ses divers aspects, car la plupart des dieux s’y trouvent impliqués ou ils sont susceptibles de l’être, chacun à sa manière et dans des configurations variables. Pour contribuer à ce questionnement, je me propose alors de parcourir un ensemble composite de sources concernant en premier lieu la déesse Aphrodite. Il sera question avant tout de présenter, dans ses grandes lignes, le dossier des cultes de la déesse en relation directe avec la vie maritime des cités grecques : épiclèses, dédicataires, positionnement des sanctuaires, divinités associées, seront pris en compte pour faire émerger l’importance relative des honneurs cultuels adressés aux Aphrodites maritimes, souvent placées face à la mer. L’écho de ces pratiques dans les sources littéraires permettra de mieux en cerner les traits spécifiques et de confirmer la relation qui se noue, sous le regard d’Aphrodite, entre activités maritimes et commerciales. La partie conclusive de l’exposé sera consacrée aux représentations figurées de l’Aphrodite en voyage : à partir d’une relecture du récit que fait Hésiode de la naissance de la déesse dans la Théogonie, nous suivrons dans ses métamorphoses le thème iconographique de la déesse qui se déplace au milieu ou au dessus des vagues, pour le repenser à la lumière de l’imaginaire maritime qui est étroitement associé à Aphrodite et le mettre en résonance avec la place que la déesse « patronne de toute activité nautique » reçoit le long des côtes et dans les ports de la Méditerranée ancienne.



Citer ce billet
Marguerite Ronin (2019, 3 octobre). 3e journée d’étude PRENDRE LA ROUTE. Mobilités et Pratiques rituelles (Paris 8 / Paris 10 / ArScAn). Les projets collectifs d'ArScAn. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/czbz

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search