Journée d’étude : Usages des argiles et terres argileuses : du “Cru” au “Cuit” (résumés)

Journée d’étude

Usages des argiles et terres argileuses : du « Cru » au « Cuit »

Organisée par Xavier FAIVRE dans le cadre du projet collectif

« Argiles »

10 décembre 2020

Résumés

Le « Cru »

Bruno COMENTALE

(Institut de Géographie, Université de Nantes – CNRS, UMR 6554)

De la montagne à la tablette : géomorphologie des environnements argileux en milieu semi-désertique.

Dans un milieu semi-désertique comme celui de Mésopotamie, l’abondance des argiles constitue à première vue un paradoxe si l’on admet, à la suite des minéralogistes et des pédologues (G. Millot, G. Pedro, Ph. Duchaufour), que les milieux favorables à leur genèse sont les milieux chauds et humides, où l’hydrolyse des roches de socle permet la dissociation des silicates d’alumine et leur recombinaison sous forme de kaolinite. Les conditions moyen-orientales, hormis quelques récurrences plus humides au cours du Quaternaire (« pluviaux ») qui pourraient rendre compte d’une production additionnelle d’argile in situ, en sont éloignées. Il faut donc imaginer des apports fluviaux extérieurs pour expliquer cette abondance, par le réseau hydrographique de l’Euphrate et, surtout, du Tigre, transportant les argiles issues du démantèlement de leur amont montagneux.

En effet, sur le plan géomorphologique, la Mésopotamie est le produit du remblaiement sédimentaire d’une vaste fosse subsidente, aux marges des noyaux continentaux rigides arabique et eurasiatique dont la convergence, en termes de tectonique des plaques, conduit au vaste amphithéâtre montagneux qui court du Liban au Zagros, en passant par le Taurus et les chaînes d’Arménie (P. Birot). C’est l’érosion de ces montagnes par l’Euphrate, aux apports liquides moins puissants car contrecarrés par l’aridité, et par le Tigre et ses affluents aux débits plus soutenus grâce aux pluies d’hiver et de printemps, qui alimente le stock d’argile. Et cela, d’abord parce que le Zagros, principale source des apports argileux, est attaqué par l’érosion jusqu’à la base de sa série sédimentaire, constituée de marnes, dont la composante argileuse se retrouve en suspension dans les rivières et les fleuves. Ensuite parce que les argiles, en raison de leur taille (particules élémentaires de taille inférieure à 2 μm), sont transportées plus facilement et plus fréquemment que la charge alluviale grossière (galets et blocs), qui est déplacée surtout lors des crues (terrasses alluviales : P. Sanlaville). Ce dispositif d’ensemble reste cependant à affiner, notamment par l’analyse minéralogique des argiles prélevées sur site.

 

Odile DAUNE-LE BRUN

(CNRS, ArScAn – VEPMO)

Entre pierre et terre, des techniques de construction revisitées : le village néolithique de Khirokitia – Chypre (VIIe-VIe mill. av. J.-C.)

Khirokitia, site majeur du Néolithique récent de Chypre, inscrit depuis 1998 par l’UNESCO au Patrimoine Mondial, a fait l’objet de fouilles extensives conduites entre 1936 et 1946 par le Département des Antiquités de Chypre (P. Dikaios), puis entre 1976 et 2009, par une équipe française CNRS/MAEE (dir. A. Le Brun). L’ampleur, la qualité de vestiges architecturaux mis au jour sur ce site, le caractère exceptionnel de certains éléments et enfin leur bon état de conservation constituent une source exceptionnelle d’information sur l’architecture de cette période.

La terre est, avec la pierre, omniprésente dans les constructions. Elle est utilisée comme matériau de construction des murs, sous la forme de mortier interstitiel, de briques crues ou de lits de terre massive et comme enduit de revêtement des murs, des structures domestiques et des sols. Enfin, elle assure l’étanchéité des toitures.

Les informations recueillies au cours de la fouille sur l’architecture et les techniques de construction, confrontées aux possibilités et aux solutions techniques de l’architecture traditionnelle chypriote, ont été mises à contribution pour réaliser une réplique grandeur nature de constructions que les fouilles ont mises au jour. Ce travail réalisé entre 1994 et 1995, en collaboration avec des ouvriers spécialisés du Département des Antiquités à la longue expérience de l’utilisation des mêmes matériaux de construction qu’au Néolithique, a permis de tester « en direct » des observations, de fournir des réponses possibles à des problèmes spécifiques et de soulever des problèmes inattendus. Il a également conduit à appréhender la documentation archéologique avec un nouveau regard enrichi par le recours à des outils de recherche tels que l’analyse microscopique des matériaux (terre et végétaux) et l’analyse fonctionnelle de l’outillage lithique, permettant d’approcher au plus près les pratiques et les gestes techniques liés à la fabrication et à l’emploi de la terre à bâtir au Néolithique.

 

Nina PARISOT

(Université Lumière Lyon 2)

Les structures et récipients de stockage en terre crue du Néolithique à l’âge du Bronze en France méridionale

Présents dès le Néolithique pré-céramique au Proche-Orient, les structures et récipients de stockage en terre crue sont attestés sur l’ensemble du bassin méditerranéen. Au cours des dernières décennies, les fouilles archéologiques ont mis au jour des séries de contenants en terre crue, fixes et mobiles, identifiés sur des sites néolithiques et de l’âge du Bronze en France méridionale et en Espagne (Catalogne, pays Valencien). On connait dans le Midi de la France l’importance des récipients en terre crue dans les habitats de l’âge du Fer, aux côtés des céramiques, grâce à la découverte du village incendié de Martigues (Bouches-du-Rhône) (Nin 2003).

Cette communication se propose de faire un point des connaissances sur les différentes catégories de contenants connus à travers plusieurs études de cas de sites néolithiques et protohistoriques dans la moitié sud de la France, marqués par des contextes de découverte et de culture différents.

 

Guillaume HUITOREL

(Bureau du patrimoine archéologique – département de Seine-Saint-Denis, UMR 7041 ArScAn)

Les séchoirs en Gaule romaine. Des structures de combustion en torchis ?

Des structures de combustion identifiées comme des séchoirs et fumoirs sont régulièrement découvertes dans le nord de la Gaule sur des sites d’époque romaine. De nombreuses interrogations persistent sur la forme, le fonctionnement et la fonction de ces installations souvent mal conservées. Afin d’apporter de nouveaux éléments de réflexion et de nouvelles pistes de recherche, une structure d’un type dit en T a été reconstitué en 2016 à l’espace d’aventures archéologiques (parc départemental des Hautes-Bruyères, Villejuif, 94) dans le cadre d’une convention entre l’UMR 7041 ArScAn et la laboratoire d’archéologie du Val-de-Marne. Cette communication a pour objectif de présenter les premiers tests et résultats de cette démarche expérimentale et de s’intéresser plus particulièrement aux matériaux de construction employés, et notamment au torchis utilisé pour la construction de la chambre de traitement : quelles sont les données disponibles pour appuyer l’hypothèse de l’utilisation du torchis pour la construction des séchoirs ? Quels peuvent être les avantages et les limites de ce matériau pour le fonctionnement de ces équipements ?

 

Le « Cuit »

Martin SAUVAGE

(CNRS – ArScAN – VEPMO)

De la brique crue à la brique cuite en Mésopotamie

La Mésopotamie, comprise comme la plaine alluviale du Tigre et de l’Euphrate depuis la région de Baghdad à la côte du golfe Persique, est une région pauvre en pierre et qui a utilisé presque exclusivement la terre comme principal matériau de construction. Il s’agissait soit de briques crues, c’est-à-dire séchées au soleil soit de briques cuites au four. Ces dernières, plus rarement utilisées car nécessitant du combustible en grandes quantités, étaient un matériau cher. Si les différents formats de briques existent dans les deux formes, crue ou cuite, il n’en n’est pas de même quant à la composition de la terre à bâtir, « purifiée » dans le cas des briques cuites, ni probablement quant au mode de moulage.

On a retrouvé très peu d’exemples archéologiques de fours à briques mais les comparaisons ethnologiques nous permettent de reconstituer la chaîne opératoire. Celle-ci amenait à la production de briques très (voire trop) cuites mais également de briques « semi-cuites ». On retrouve ce dernier type de matériau dans certaines constructions sans qu’il soit bien clair s’il s’agit de briques à moitié cuites ou de constructions en briques crues que l’on aurait délibérément incendiées. En guise de conclusion, nous aborderons par ce biais la problématique de l’aspect symbolique et rituel du cuit, en particulier dans le cadre des pratiques de purification architecturale par le feu.

 

Mathilde JEAN

(Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne)

De l’environnement géologique à la lame mince : problématiques de la préparation et de la cuisson des matières premières en pétrographie céramique

(…)

 

Laura COUSIN et Xavier FAIVRE

(CNRS, ArScAn-HAROC, Nanterre)

Les types de fours dans les textes mésopotamiens et leur réalité matérielle dans les fouilles archéologiques

Différents types de textes mésopotamiens, écrits sur tablettes d’argile, témoignent d’un riche vocabulaire qui entre dans le champ lexical des réalisations et productions d’argile ou de terres argileuses, dans leurs différents états, cru et cuit. Celui-ci fait notamment apparaître différents types de fours et leurs différentes parties ainsi que les déchets ou rebuts qui en sont issus. L’archéologie mésopotamienne et l’ethnoarchéologie attestent parallèlement de l’usage d’une grande variété de foyers, dispositifs à feu ou de cuisson, fours de différentes sortes dont la finalité n’est pas toujours certaine.

On peut structurer ces termes en distinguant différents fours, dispositifs de chauffe ou de chauffage et dispositifs de cuisson des aliments, des fours artisanaux et industriels, auxquels s’ajoutent les parties de fours et déchets issus de la combustion. Si une typologie fonctionnelle fait souvent apparaître des connexions possibles avec les sources archéologiques et ethnographiques, elle ne vise qu’à définir clairement ou à organiser ce qui est connu. Mais l’on n’éludera pas une plus grande complexité du champ sémantique qui, à la lueur de publications récentes, tant textuelles qu’archéologiques, invite à la prudence de l’interprétation, au questionnement, voire à de nouvelles propositions. L’ambivalence ou le sens multiple de certaines dénominations, que l’on peut parfois corréler à la plurifonctionnalité de certaines installations, semble souvent privilégier un sens contextuel de la terminologie des dispositifs à feu, qui apparaît du coup plus fonctionnelle que formelle. On soulignera cependant l’apport mutuel, toujours fructueux, de ces informations croisées à l’évocation de la culture matérielle mésopotamienne.

 

Johnny Samuele BALDI

(CNRS, Archéorient, Lyon)

L’épreuve du feu. Les fours à céramiques entre choix culturels
et contraintes techniques : exemples archéologiques et ethnoarchéologiques

D’une part, les fours à céramiques sont des structures architecturales dont on peut étudier les restes archéologiques. D’autre part, ils correspondent à ce qu’en physique l’on définit comme une « machine », à savoir un dispositif effectuant un travail grâce à l’exploitation d’une source d’énergie contenue dans un combustible. De ce point de vue, pendant très longtemps, l’archéologie a interprété la variabilité dimensionnelle, architecturale et, surtout, technique des fours comme une conséquence de contraintes fonctionnelles censées déterminer les avantages et les limites intrinsèques au fonctionnement de chaque système de cuisson. Autrement dit, le travail effectué par ces machines étant toujours le même (la cuisson de la poterie), la persistance ou le changement à travers l’espace et le temps d’une certaine technique de cuisson relèverait de facteurs environnementaux (climat, types de combustibles, argiles disponibles, etc.), ou de performance (temps de réchauffement et refroidissement, températures maximales, etc.), dont les variations représenteraient des contraintes insurmontables, auxquelles s’adapter. Or, il n’en est rien. Plusieurs études expérimentales et ethnoarchéologiques récentes démontrent que des typologies disparates de fours sont tout à fait en mesure d’obtenir les mêmes résultats de cuisson à partir de matériaux et conditions techniques fort contrastés. Il en découle que la variabilité architecturale et technique des fours doit être expliquée en termes purement culturels et, par conséquent, l’évolution de ces dispositifs ne peut être appréhendée que par l’étude spatiale et diachronique de leurs vestiges archéologiques. Des données très récentes, issues de fouilles en cours au Levant et au Kurdistan irakien, illustrent l’évolution de certaines techniques de cuisson aux 4ème et 3ème millénaires av. J.-C. et témoignent de solutions extrêmement complexes, qui ne répondent à aucune prétendue contrainte fonctionnelle.

 

Claire PADOVANI

(Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne)

Construire un four de potier en brique crues : de la fouille des ateliers de Logardan (Kurdistan irakien) à l’expérimentation

Le four de potier est un outil dans la chaîne de fabrication des poteries mais constitue également un système indépendant. Objet technique dont la fonction est de cuire la céramique, il se distingue du simple foyer en aire ouverte par sa forme et son fonctionnement.

Mais comment restituer ces deux critères à partir des restes fragmentaires issus de la fouille ?

Sur le site de Logardan, dans la région du Kurdistan Irakien actuel, les fours exhumés de l’atelier de potier du IIIe millénaire av. J.-C. sont construits en briques crues. On retrouve principalement la partie basse des structures, constituée par la chambre à combustible. Sur les cinq niveaux d’ateliers fouillés, plusieurs types de fours ont pu être identifiés.

En particulier, le four 1031 datant de la période akkadienne (environ 2200 ans av. J.-C.) a été reconnu comme un four « à tirage horizontal ».

L’archéologie expérimentale présentée ici permet de restituer la forme complète de la structure 1031 à partir du plan des vestiges conservés, mais également de tester le fonctionnement du système. La chaine opératoire de la construction fournit une conception du temps, de l’espace et de la quantité de travail nécessaire à sa mise en place. En se basant directement sur les données de fouille, l’expérimentation exploratoire propose des hypothèses contextualisées à Logardan et envisageables dans les cultures du Proche-Orient ancien utilisant des fours en briques crues.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search